Zéro frais bancaires ? Des frais bancaires transparents ? Ne soyez pas naïfs et lisez bien les petites lignes des contrats et publicités. (photo © GPouzin)

Zéro frais bancaires ? Des frais bancaires transparents ? Ne soyez pas naïfs et lisez bien les petites lignes des contrats et publicités. Avec les conseils de Deontofi.com vous payerez moins de frais bancaires. (photo © GPouzin)

La hausse des tarifs bancaires annoncée avec la nouvelle année 2016 irrite de nombreux clients et associations de consommateurs. La mise en place de frais de tenue de compte par les principales banques à réseaux d’agences, dont BNP Paribas et la Société générale à partir de cette année, attise les mécontentements. Les explications et conseils de Deontofi.com pour payer moins de frais bancaires.

Cinq minutes pour comprendre :
Retrouvez ici l’interview TV sur ce thème dans l’émission Ecorama du 11/1/2016

1/ Quels types de frais paye-t-on sur les services bancaires ? Quels frais surveiller ?
Alors que certaines banques offrent la possibilité d’avoir un compte courant sans aucun frais, d’autres ont une imagination sans limite pour facturer toutes sortes de prestations, y compris sans que les clients leur demandent.

Les frais bancaires sont une source de mécontentement de nombreux clients dans beaucoup de banques, disons surtout dans la plupart des banques à réseaux de guichets. En l’occurrence, une décision de ces grands réseaux bancaires a mis le feu aux poudres puisque la Société générale et BNP Paribas ont annoncé qu’elles factureraient à partir de cette année des frais de tenue de compte, respectivement 24 euros par an et 30 euros par an, sauf pour les jeunes et les nécessiteux, c’est-à-dire les clients considérés comme fragiles.

Au total, selon le site Choisir-ma-banque.com (du groupe MeilleurTaux.com) 82% des banques facturent aujourd’hui de tels frais de tenue de compte courant, pour un montant moyen de 16,42 euros en moyenne, en hausse de 20% sur un an ! Bien sûr, les prix sont libres et les banques peuvent augmenter leurs tarifs comme elles veulent, mais comme la concurrence est un peu biaisée, notamment par l’annonce des deux grands réseaux d’imposer des frais de tenue de compte en même temps, l’Association française des usagers de banque, l’Afub, a déclaré qu’elle saisirait l’autorité de la concurrence pour contester cette tarification.

Et ce ne sont que les frais de tenue de compte, c’est-à-dire uniquement pour le fait d’avoir un compte. Beaucoup de banques à réseaux appliquent des frais en plus par type d’opération ou abonnement, par exemple pour les virements, ou pour la cotisation annuelle d’une carte bancaire CB, Visa ou Mastercard.

Enfin il y a aussi la méthode des forfaits de type « convention de compte », qui sont en fait des paquets de services dans lesquels les banques vous font miroiter des réductions sur les frais affichés à la carte, mais en vous en rajoutant toujours des couches de services superflus comme le fameux « chèque de banque gratuit par an » qu’on utilise plutôt tous les dix ans…

2/ Sait-on combien on paye de frais bancaires chaque année ?
Justement, un des atouts des banques est que leurs clients ne savent pas très bien combien ils payent,ou plutôt combien on leur prend, puisque les banques sont les seuls commerces autorisés à se servir directement sur les comptes de leurs clients. Pendant longtemps c’était d’une opacité totale, mais depuis 2010 on sait un peu mieux combien on paye puisque la Loi de régulation bancaire et financière (LRBF) a obligé les banques à informer leurs clients de l’addition des frais bancaires qu’elles leur prennent au fil de l’année en leur fournissant un relevé annuel de ces frais. Chacun peut donc voir chaque année combien il a laissé de frais à sa banque.

Mais attention, car ce relevé annuel de frais obligatoire ne porte que sur les frais strictement bancaires, n’inclut aucun frais liés aux placements, à l’assurance ou à la Bourse.

3/ Les frais bancaires sont-ils chers ?
Les frais sont très variables d’une banque à l’autre, et bien sûr selon la consommation de services de chacun. Mais la plupart des bancs d’essai montrent que la facture moyenne est d’environ 130 à 200 euros par client par an, selon le type de carte, les abonnements divers,etc. Depuis 2012, le CCSF, Comité consultatif du secteur financier, qui est un organisme paritaire dans le giron du ministère des finances et de la banque de France, réalise un Observatoire des tarifs bancaires, qui couvre 121 établissements et 67 000 tarifs inclus dans le périmètre de son étude annuelle.

Selon le rapport 2015 de cet Observatoire des tarifs bancaires, les conventions de compte, ou forfaits de services, étaient facturés 71 euros en moyenne, sans carte bancaire, et 91 euros avec carte, mais sans option ni services premium de type carte premier ou gold. Pour ces derniers forfaits haut de gamme, les tarifs étaient bien plus élevés, et en hausse, avec un coût moyen de 337 euros par an pour les forfaits avec carte premium, mais sans autres options non plus.

4/ Comment payer moins de frais bancaires ?
C’est très facile, il suffit de faire jouer la concurrence encore assez faible entre les banques malgré leurs grandes différences de tarifs. Il y a en gros trois étapes pour réduire la facture de vos frais bancaires. D’abord en faisant le tri des services dont vous avez réellement besoin et en supprimant tous les services ou abonnements superflus.

Ensuite, en négociant. C’est assez agaçant, voire incompréhensible pour la plupart des clients, mais les banques sont de vrais marchands de tapis, avec elles tout est négociable. Il suffit souvent de les appeler et de faire valoir l’importance de son compte, l’éventualité d’une réclamation médiatisée en cas d’entorse aux règles, ou simplement d’un changement de crèmerie, pour faire annuler des frais. C’est le cas par exemple pour les fameux frais de tenue de compte dans les grands réseaux, mais aussi parfois pour d’autres petits frais. Par exemple, certaines banques facturent encore ou tentent de facturer à nouveau la consultation des comptes sur Internet, LCL a tenté dernièrement de le refacturer à des clients qui n’avaient pas vu ces frais depuis des années, là aussi négociables.

Enfin, la meilleure façon de faire des économies sur vos frais bancaires, c’est encore de changer de banque pour une concurrente moins chère. Si vous êtes mécontent des tarifs ou des services de votre agence bancaire, il ne faut pas hésiter à le lui dire, et si elle ne veut pas réduire ses tarifs, vous n’aurez aucun mal à trouver moins cher ailleurs (pour les particuliers, car c’est malheureusement moins vrai pour les professionnels).

Il suffit d’ouvrir un compte dans une banque en ligne sans frais, comme ING Direct, Boursorama ou Fortuneo, parmi d’autres, qui offrent aujourd’hui la possibilité d’avoir un compte courant avec virements gratuits, CB gratuite, et de nombreux services moins chers que dans les réseaux. Enfin pour ceux qui tiennent absolument à conserver la possibilité de se rendre dans une agence de proximité, une des banques les plus sûres ayant encore les tarifs les plus bas, avec un réseau étendu, est La Banque Postale (où les frais de tenue de compte sont de 6,20 euros par an), dont les guichets sont logés dans les bureaux de poste.

Cinq minutes pour comprendre :
Retrouvez ici l’interview TV sur ce thème dans l’émission Ecorama du 11/1/2016
Share Button
Print Friendly, PDF & Email

8 commentaires

  1. Louis, le

    Petite anecdote de bankster.
    Hier soir vers 23h30 je me connecte à mon compte LCL pour faire un virement.
    Après la cérémonie du login je vois apparaître une page (en PJ 1) m’informant que les conditions générales du service ont changé (première nouvelle). Une ligne en bas de page me laisse 2 choix: accepter, ou refuser et déconnecter.

    En fait il y a 11 pages en petits caractères, que je ne veux pas lire immédiatement (en PJ 2). Si on me met le couteau sous la gorge c’est probablement du chantage pour me faire accepter sans les lire des conditions que je refuserais après lecture.

    Que puis-je faire si je refuse ces tarifs ?

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Les banksters ont gagné cette partie en 2001, avec la bénédiction des socialistes qui ont voté d’un seul homme la loi Murcef « améliorant la protection des consommateurs » (loi du 11 décembre 2001 portant mesures urgentes de réformes à caractère économique et financier, dite MURCEF).
      Avant cette loi, les modifications de tarifs des banques sans l’accord de leurs clients étaient illégales, mais généralisées.
      Quelques uns faisaient des procès et gagnaient systématiquement l’annulation des tarifs imposés sans leur accord.
      La Loi Murcef a prévu une meilleure information des consommateurs sur ces changements de tarifs, avec le droit pour les clients de fermer leur compte sans frais s’ils refusaient les nouveaux tarifs, mais uniquement le droit de la fermer s’ils ne ferment pas leur compte.
      En résumé, la Loi Murcef a donné aux banques le droit de modifier unilatéralement leurs tarifs comme elles le faisaient avant illégalement.
      On a donc le droit de refuser un changement unilatéral de tarif, on peut même exprimer ce refus à la banque, mais elle ne tiendra aucun compte de ce refus, et appliquera ses nouveaux tarifs à bon droit, grâce à la loi Murcef, tant que le client mécontent n’exécute pas sa menace de demander la fermeture de son compte sans frais.
      On n’arrête pas le progrès !
      Lire une question parlementaire instructive posée il y a quelques années au Sénat sur ce sujet ici.

      Répondre Signaler un abus
  2. gal, le

    Pour ceux qui ne prennent ni credit ni placement financier, le compte nickel est une alternative sympa.
    Pour les geeks technophiles, un portefeuille bitcoin et une carte mastercard ou visa pour les paiements de tous les jours et hop, vous voila debancarises. Pour 1 euro par mois, le cout de la carte.
    La je suis en avance de 20 ans sur les mentalites francaises !!!

    Répondre Signaler un abus
  3. Roger, le

    Bonjour,
    Je lis régulièrement Deontofi et j’apprécie vos articles. Je voudrais apporter deux compléments à ce que vous dites ici, tiré de mon expérience.

    1/ Non, il n’est pas facile de changer de banque.
    Voilà 6 mois que j’ai voulu fermer mon compte au Crédit Agricole de Côte d’Or, un compte qui venait en sus de celui à la BNP et à la Caisse d’épargne.
    A terme j’avais l’intention de regrouper tous mes mouvements sur BNP.
    Je me suis déplacé à mon agence BNP et j’ai demandé que BNP s’en charge comme le prévoit la loi Hamon du 17 mars 2014 ( Art.L.312-1-7 du code monétaire et financier) qui a mis en place, soit-disant un « service de mobilité bancaire ». Les banques sont censées proposer à leurs clients un service d’aide à la mobilité bancaire pour faciliter les démarches lors d’un changement de banque. Toutefois d’après mon banquier le décret n’est pas paru et les banques ne sont pas bien équipées pour que ça marche correctement.
    Effectivement, ça ne marche pas ! J’ai bien signé les documents chez BNP mais les virements et surtout prélèvements de mon compte Crédit Agricole n’ont pas été transférés automatiquement.
    J’ai reçu chez moi, quelques semaines plus tard) des tas de papiers à signer et à renvoyer ( j’ai 90 ans et j’ai du mal à me déplacer !) pour que les virements soit domiciliés chez BNP ( et non Crédit Agricole). EDF n’a pas donné suite à la demande de transfert du prélèvement envoyé directement par BNP et on m’a demandé d’aller sur internet pour changer la domiciliation, ce que je ne suis pas arrivé à faire.

    Résultat, le compte CA n’est toujours pas été fermé. Il faut que je règle le pb du prélèvement EDF, et mon agence BNP refuse de m’aider. Ensuite, ce sera à moi d’écrire à Crédit Agricole pour demander la fermeture, en espérant qu’ils le fassent, me dit-on. Voilà la réalité.
    Jetez un coup d’oeil sur ce que prennent les banques pour fermer les comptes au moment de la succession et vous verrez pourquoi elles n’ont aucun intérêt à aider les personnes de mon âge à fermer un compte bancaire.

    2/ Deuxième expérience récente. J’ai demandé à BNP début 2016 si j’allais payer des frais de tenue de compte. Effectivement il vont me facturer un peu moins de 3€ par mois, en plus de ma carte bancaire ( un peu moins de 60 €) . Ayant réclamé à l’agence, on me propose de signer une convention de compte , tout compris, qui est encore plus chère ou on me propose un rabais de 50 centimes par mois si j’accepte de ne plus recevoir mes relevés par voie postale. On me prend donc pour un pigeon.

    Car ce que vous oubliez de dire c’est que la banque ne me rémunère pas pour le prêt que je lui fait ! Je laisse en permanence quelques 8000 € sur mon compte de dépôt car le livret A ne donne plus rien. C’est un prêt de ma part, je suis créancier de ma banque ( c’est à ce titre d’ailleurs que je perdrais mes billes au dessus de 100 000 € si ma banque faisait faillite).
    Donc avec un taux de 2 %, BNP devrait me payer environ 160 € par an d’intérêts. Or ce n’est pas le cas : nous sommes doublement des pigeons. Non seulement les banques ne nous paient pas d’intérêts sur nos dépôts ( qui sont des prêts qu’on lui fait) mais nous payons des frais pour que lui prêter de l’argent !

    En acceptant le principe de frais de tenue de compte, la Banque de France ( maintenant présidée par un ancien de BNP Paribas) et Bercy protègent bien mal les français (tous les français puisque le compte bancaire est devenu obligatoire).

    Répondre Signaler un abus
    • Joly, le

      Merci Roger et bravo de publier la réalité de ce qui se passe quand on veux changer de banque le parcours du combattant commence et les pigeons qui se font ‘ déplumer’ ce sont nous leurs clients! vous pensez que les lois sont là pour nous aider c est faux du bla bla incessant de toutes parts pour au final alimenter les banques c est tout!

      Répondre Signaler un abus
  4. Garcandre, le

    L article ne pose pas la question de la garantie des dépôts. A ce titre, les banques en ligne, bien que celles- ci affiliées aux grands groupes bancaires ,sont souvent domiciliées à l étranger et bénéficient ainsi de s exonérer de cette obligation.
    Par ailleurs, pour les cartes bleues, la garantie de remboursement en cas vol, n est pas non plus évoquée …il me semble, que ces aspects permettraient aux consommateurs de banque de pouvoir apprécier le prix juste . Merci, pour votre remarquable travail.

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Bonjour cher lecteur et merci pour ces remarques ouvrant sur d’autres sujets d’articles en projet sur Deontofi.com

      Concernant la garantie des dépôts, elle a été harmonisée depuis la crise bancaire de 2008, pour tous les pays de l’Union Européenne, à 100 000 euros par client et par établissement, elle est donc la même pour les clients de la Société générale et de sa filiale Boursorama en France, pour le Crédit Mutuel Arkéa et sa filiale Fortuneo en France, ou pour ING Direct en France en tant que succursale de sa maison mère néerlandaise.
      En résumé, les banques étrangères en France ne sont pas « exonérées » de l’obligation de garantie des dépôts, en tout cas vis-à-vis des clients ayant ouvert des comptes dans leur filiale ou succursale française.
      Concernant la garantie de remboursement des clients victimes de fraudes sur carte bancaire, Deontofi.com traite largement ce sujet qui attire des milliers de lecteurs et de nombreux commentaires dans nos articles et forums dédiés à ce sujet.
      En espérant que ces réponses vous auront été utiles, merci encore pour vos encouragements et bonne lecture sur Deontofi.com

      Répondre Signaler un abus
  5. DAGUET B, le

    Bonjour,
    Les banques en ligne constituent sans doute une alternative, mais tout ne semble pas si idyllique à en croire une étude de « Que Choisir », qui mettait en avant notamment les restrictions des cartes bancaires. Gratuites oui, mais limitées dans certains domaines d’utilisation. A voir.

    Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *