Enfin un dispositif permettant aux salariés de dénoncer les fraudes de leur entreprise, souvent commises au détriment des épargnants. (photo © GPouzin)

En France, des dispositifs sont normalement prévus pour permettre aux salariés d’institutions financières témoins d’irrégularités d’effectuer un signalement au responsable de conformité et de contrôle interne (RCCI, dans les sociétés de gestion) ou au responsable de conformité des services d’investissements (RCSI, dans les banques), de leur entreprise.

Problème, c’est un peu comme se plaindre de harcèlement auprès de son harceleur, les RCCI et RCSI sont plus souvent complices des tricheries par leur silence, ou eux-mêmes harcelés s’ils ne le sont pas. En clair ça ne marche pas, comme Deontofi.com l’a expliqué il y a cinq ans de façon documentée avec des exemples concrets (notamment celui de Truffle Capital jamais sanctionné) dans cet article :

Les pieds nickelés de la gestion prennent souvent les lanceurs d’alerte pour des truffes

Bonne nouvelle, on apprend en marge de la présentation de son rapport annuel, lundi dernier 7 mai 2019, que l’Autorité des marchés financiers (AMF) a mis en place depuis décembre 2018 une procédure dédiée au recueil et au traitement de signalements effectués par des collaborateurs de sociétés témoins de leurs pratiques douteuses, voire franchement crapuleuses.

Deontofi.com reproduit ci-dessous les explications publiées par l’AMF sur ce dispositif:

Lanceur d’alerte : notification de potentielles infractions à la réglementation

Publié le 14 décembre 2018

L’AMF s’est dotée d’un dispositif lui permettant de recevoir et de traiter les alertes portant sur des potentiels manquements à la réglementation dont elle assure la surveillance et qui garantit la confidentialité de l’auteur de la notification et des personnes visées, en application de la loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique.
L’instruction DOC-2018-13 détaille les modalités et procédures applicables aux signalements des manquements précités.

Dans quels cas le dispositif s’applique-t-il ?

Les procédures mises en place au sein de l’AMF sont applicables lorsque les faits suspectés portent sur des manquements aux textes européens, au code monétaire et financier ou au règlement général de l’AMF, dont celle-ci est chargée d’assurer le respect. Le lanceur d’alerte qui a eu connaissance de ces faits par exemple dans sa vie professionnelle ou ses relations d’affaires peut alors bénéficier de garanties. 

Dès réception, l’AMF analyse les éléments et décide des suites qui doivent être réservées, dans la limite de ses compétences : elle ne peut traiter d’alertes qui seraient du ressort d’autres autorités (ACPR par exemple), ni indemniser l’auteur, ni apporter une solution à un éventuel litige avec un employeur.

Si elle considère que les faits suspectés ne relèvent pas de sa compétence, elle l’indique à son auteur.

A noter
En cas de doute sur l’organisme compétent pour recevoir l’alerte, celle-ci peut être adressée au Défenseur des droits qui l’orientera vers l’organisme approprié.

Quelles sont les garanties offertes par le dispositif mis en place par l’AMF ?

L’auteur de l’alerte, la ou les personnes visées par celui-ci et les informations recueillies bénéficient d’une stricte confidentialité dans la réception et le traitement : les éléments permettant de les identifier ne peuvent être divulgués qu’à l’autorité judiciaire.

Le dispositif mis en place par l’AMF prévoit ainsi :

  • la désignation de personnels spécialisés, dédiés à la réception et au traitement des notifications reçues;
  • la mise en place de canaux de communication internes indépendants, autonomes et sûrs, permettant de garantir la confidentialité : seuls les personnels spécialisés de l’AMF traiteront le dossier et auront accès à l’identité du lanceur d’alerte et de l’auteur désigné;
  • un suivi adapté et attentif: un accusé de réception est adressé (sauf demande contraire du lanceur d’alerte), un suivi régulier de l’alerte est organisé, par les seuls personnels spécialisés.

La loi prévoit que l’auteur d’une alerte ne peut faire l’objet d’un licenciement, d’une sanction, d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte, notamment en matière de rémunération ou d’évolution professionnelle, ou de tout autre mesure défavorable, pour avoir signalé de bonne foi à l’AMF un manquement dans le cadre ici présenté. Dans un tel cas, seules les juridictions compétentes en matière de conflits nés à l’occasion de la relation de travail peuvent être saisies.

Le rôle de l’AMF est limité à la réception et au suivi de cette alerte.

L’AMF peut également « certifier le statut d’informateur dans le cadre de conflits » portés devant les juridictions uniquement si les faits suspectés portent sur des manquements constitutifs d’abus de marché, en application de la directive d’exécution (UE) 2015/2392 de la Commission du 17 décembre 2015 (article 8).

L’AMF rappelle enfin que tout informateur qui met des informations à sa disposition conformément au règlement (UE) n° 596/2014 n’est pas considéré comme violant une quelconque restriction à la divulgation d’informations imposée par un contrat ou par une disposition législative, réglementaire ou administrative, et que sa responsabilité ne sera aucunement engagée à raison de cette divulgation.

Quelles sont les modalités de déclaration ? 

Les canaux de communication spécifiques mis en place par l’AMF permettent à toute personne de procéder à :

  • un signalement par écrit des violations, au format électronique ou papier ;
  • un signalement oral des violations par téléphone (avec enregistrement audio de la conversation sur un support durable permettant l’accès aux informations) ;
  • une rencontre en personne avec des membres du personnel spécialisés dans les locaux de l’AMF.

Les signalements peuvent également être réalisés de manière anonyme.

Epargnant, investisseur, comment signaler un dysfonctionnement potentiel  à l’AMF, comment vous informer ?

> Vous souhaitez signaler une escroquerie ou une arnaque financière, une pratique commerciale agressive, des comportements semblant anormaux… :

par exemple, vous pensez avoir été victime d’une escroquerie, ou  vous vous interrogez sur une offre alléchante  (tels que le forex, les warrants, les diamants …) pour lesquels vous avez reçu des sollicitations soutenues, ou encore  sur un comportement qui vous semble anormal ou inhabituel,…

> Vous souhaitez obtenir des informations sur un prestataire, un produit financier (instrument financier ou fonds, …), ou l’évolution d’un cours de bourse, …

Contacter Epargne Info Service par téléphone au 01 53 45 62 00 du lundi au vendredi de 9h à 17h ou par le formulaire de contact

> Vous souhaitez notifier un manquement potentiel pour lequel vous disposez d’informations privées :

par exemple, si vous avez été amené à constater des irrégularités dans le cadre de votre travail…

Contacter le service en charge des lanceurs d’alertes par mail : lanceurdalerte@amf-france.org, par courrier à « AMF Division de la Surveillance des marchés – 17 place de la Bourse – 75082 Paris Cedex 02 », en indiquant la mention « CONFIDENTIEL » sur l’enveloppe ou par téléphone : 01 53 45 64 44 de 9h à 12h et de 14h à 17h

Par souci de confidentialité, il vous est recommandé d’utiliser votre service personnel de messagerie électronique ou votre téléphone personnel plutôt que ceux de votre employeur.

En savoir plus

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.