Un lecteur demande l’avis de Deontofi sur patrimoinediamant.com, expliquant qu’il tente depuis deux mois de récupérer son argent, sans réponse, alors que le site est toujours accessible. On lit sur sa page d’accueil, « Les avantages du diamant d’investissement : Rentabilité assurée ». Oui, c’est une arnaque. Non il ne récupérera jamais un centime et risque même de perdre davantage, car il sera victime de complices lui faisant miroiter de récupérer son argent moyennant versements de frais sous des prétextes bidon.

Argumentaire mensonger, présentation luxe, arnaque.

Une autre lectrice demande comment récupérer son argent confié à 4C Patrimoine. Même accroche. Quand on lit sur ce site « Investissez dans la valeur refuge par excellence » et « Sécurisez votre patrimoine dans une valeur éternelle », on a l’aveu d’une arnaque, car aucune personne honnête et censée n’utiliserait les mots « sécurisé » et « refuge » pour des diamants qui n’offrent aucune sécurité (pas de garantie de valeur de revente). Quand l’hameçon est aussi gros, il ne faut pas y mordre. Un point c’est tout. 4C Patrimoine est un site hors-la-loi en France, de même que la société Asset management One international (Diam international LTD) qui l’édite.

Idem sur les « médias sociaux ». Par la magie des publicités mensongères sponsorisées de Facebook, on pouvait lire sur la page www.facebook.com/Deontofi « d’autres personnes aiment également DIAMONEO ». J’alertais aussitôt les lecteurs que ce site semblait ignorer les règles encadrant les placements en biens divers, renforcées depuis le 17 mai 2017 (date à laquelle DIAMONEO a officiellement fermé en continuant ses activités sur FB), pour protéger les épargnants de ces arnaques.

Offre illégale

Pour avoir le droit de proposer des placements diamants en France, il faut l’autorisation du gendarme boursier, et aucun marchand de diamant n’a cette autorisation, ils sont donc hors-la-loi.

Consultez ici les règles sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF) :
DoctrinePublicitéDiamantsPlacementsDiamants

Les escrocs se moquent bien des règles. Ils ont des moyens considérables pour déployer des campagnes de marketing très convaincantes auprès des épargnants et ils ne craignent aucune sanction, ni répression, ni même poursuite, qu’ils soient basés à Londres, Malte, Chypre, l’argent ne fait que transiter rapidement dans ces états de mi-droit avant de disparaître dans les paradis fiscaux et bancaires dont la planète regorge.

Les sites d’arnaque détournent des articles de presse pour se crédibiliser.

Pour des raisons qui semblent bien difficile à expliquer, le gendarme boursier lui-même tarde à inscrire sur sa liste noire plusieurs sites illégaux faisant la promotion d’arnaques manifestes parmi les plus nuisibles, que lui a signalé Deontofi.com, notamment ceux cités ici.

Sur tous ces sites d’arnaques, on retrouve le traditionnel cortège de faux articles de presse et autres reportages détournés, quand ils n’ont pas été directement téléguidés par des communicants habiles pour parasiter l’image des médias.

Comme nous l’avons rappelé à ce lecteur, il aurait pu échapper à cette escroquerie aux diamants d’investissement en lisant Deontofi.com. Nous l’avons aussi prévenu qu’il allait maintenant être la cible d’escrocs à la récupération de perte. Au final il ne récupérera rien, car aucun épargnant ne récupère son argent quand les escrocs l’ont fait disparaître dans les paradis fiscaux, qu’ils sont insaisissables et que ni la police, ni le législateur ni aucune autorité ne semble avoir le pouvoir de les arrêter.

Ils détournent les médias pour voler

Pire, on sait que les victimes d’une arnaque sont les meilleures cibles pour tomber dans un second piège : la récupération de fonds ! A ce jeu, beaucoup perdent davantage que leur première perte, d’une façon assez perverse et sournoise. Divers intervenants ayant ses coordonnées contactent les victimes d’arnaques pour leur faire miroiter le retour de leur argent contre des frais à payer sous divers prétextes bidon. Ces arnaques à la prétendue récupération de pertes peuvent émaner des escrocs du premier niveau, qui prétextent souvent qu’il faut verser une caution ou des droits de douane, frais de « subrogation » ou autre foutaise, correspondant à un montant forfaitaire, ou 20% des sommes bloquées, pour les récupérer. Illusion ! C’est juste un appât pour plumer un peu plus les pigeons mordant à l’hameçon (l’image est un peu décalée mais les pigeons de l’épargnent mordent effectivement à l’hameçon des escrocs qui caressent leurs rêves).

Quant aux officines para-juridiques bidon de récupération de pertes, basées en Europe centrale ou Europe de l’est, leur parasitage des médias pour soigner le vernis servant d’appât auprès des victimes a assez duré. Tant pis pour les épargnants crédules qui croient leur baratin, qu’ils ne viennent pas pleurer qu’on ne les a pas prévenus.

Désolé, Deontofi.com est très seul dans cette lutte contre ces escroqueries, relayées par tant de médias « honorables » avec la force financière de campagnes de publicités monstrueuses financées par l’argent volé aux épargnants.

Une seule parade, la prévention: lisez et faites lire Deontofi.com ! Ne confiez pas votre argent à un intermédiaire dont la crédibilité, la fiabilité, et la présence réelle ne sont pas vérifiables en France.

Relisez les articles de Deontofi.com sur les placements bidon, trading forex, diamants ou terres rares, en attendant nos éditions sur les escroqueries sur le bitcoin et autres jetons bidon. Les arnaques n’ont pas fini de prospérer, avec Internet, au contraire.

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *