Ce climatiseur révolutionnaire peut vider votre carte bancaire ! – Deontofi.com
Catégories de l'article : BanqueRéclamationsDéontologieRelations clients
Mots-clés de l'article : CoolAir (scam-arnaque)

Dites adieu à la canicule, ce climatiseur peut piller votre carte bancaire. Deontofio.com vous apprend à esquiver les arnaques.

Dites adieu à la canicule avec cet appareil révolutionnaire ! On voit un peu partout sur le web des publicités pour ce climatiseur, qui est en réalité une arnaque pour piller votre carte bancaire. Deontofi.com vous apprend à mieux débusquer et esquiver les multiples arnaques sur le web qu’on peut éviter simplement avec un peu d’expérience. Dernière en date: le climatiseur bidon ! Avec la canicule frappant la plupart des pays de l’hémisphère nord, l’industrie des escroqueries en ligne se frotte les mains. D’autant que dans leur langage, ces pays riches sont des « pays de bas de laine », comprenez des pays où les gens ont plein d’épargne dont ils ne savent plus quoi faire, quand il s’agit de placer leurs économies ou de les dépenser. Alors ils ont pondu une nouvelle arnaque en or: le climatiseur bidon.

L’arnaque au climatiseur miracle est partout sur le web, même en anglais dans Yahoo Mail!

Escroquerie mode d’emploi

C’est tout simple, vous faites un belle publicité aguicheuse, avec un truc branché, promettant l’efficacité à bas prix pour vendre un objet que « tout le monde veut ». Vous payez des médias frelatés, comme les réseaux sociaux de grande audience, pour inonder le monde entier de votre publicité. Vous mettez un lien depuis cette publicité vers un site bidon aux apparences de boutique en ligne. Il ne vous reste plus qu’à attendre les pigeons pour exploiter leur crédulité comme vous voulez, quasiment sans risque d’être pris. Vous pouvez leur demander leurs coordonnées bancaires, voire dépouiller directement leur carte bancaire selon les technologies employées, et le tour est dans le sac.

Aujourd’hui, nous allons voir le cas du climatiseur bidon. Comme indiqué précédemment, ça commence par une pub que vous avez peut-être vue sur Yahoo ou d’autres médias sociaux. Quand il fait 35 degrés en ville et près de 40 dans les logements ou bureaux non climatisés, la vue de cette publicité peut faire rêver de banquise en Antarctique. Sachant ce qu’on allait y trouver, on s’est fait un plaisir de cliquer.

Derrière chaque pub bidon, il y a un site d’arnaque

L’annonceur ne s’est pas fait prier pour nous ouvrir les portes de sa petite boutique d’escroquerie. On y tombe directement en cliquant sur la pub relayée avec la complicité de Yahoo, qui comme les autres ne vérifie jamais s’il y a une arnaque derrière les espaces vendus à ses clients annonceurs, sinon ils vivraient beaucoup moins bien.

A la lecture de l’article de Deontofi.com décryptant une arnaque aux placements vin usurpant le magazine Le Point, une nouvelle lectrice nous indiquait à quel point cette méthode est utile pour ne pas se faire avoir, même dans le domaine de la consommation.

L’arnaque au placement vin relancée par une fausse campagne Le Point

« Super intéressant et très complet ! Cela peut s’appliquer à d’autres arnaques, même système », commente une lectrice de Deontofi.com

Relisez ici le mode d’emploi de Deontofi.com pour débusquer et esquiver les arnaques en ligne.

« il ne crée pas de l’air froid, il absorbe la chaleur », vante l’arnaque, il fallait y penser !

En arrivant à la journée portes ouvertes des escrocs, la promotion de leur produit est encore plus alléchante. Tenez-vous bien, ce climatiseur, « il ne crée pas de l’air froid, il absorbe la chaleur » ! Génial, il fallait y penser et ne pas avoir peur de prendre les gens pour des idiots, vu que ça peut marcher.

Dans cette arnaque comme souvent sur le web, pour mieux brouiller les pistes, il y a en fait deux sites: celui pour attirer les victimes, et celui pour leur vider les poches. En quelques clics, on se retrouve donc sur un site de paiement, affichant des alertes bidon faisant croire que des clients y donnent leur CB toutes les trente secondes pour acheter ces fameuses clim Coolair. Le jeu de piste n’en est que plus savoureux, puisqu’en plus du site d’atterrissage de la pub (la « landing page » dans le jargon du e-marketing), il va falloir vérifier le site de rinçage des clients imprudents. On a donc un site High-Tech.ws, et un autre HyperStech.com, j’adore le nom, tout un programme d’arnaque à lui tout seul.

On vérifie toujours leur WHO IS. Qui est donc le fameux site www.high-tech.ws qui se cache derrière l’improbable publicité vue sur Yahoo pour un révolutionnaire climatiseur ?

Pour le savoir, il faut poser la question en anglais, la langue administrative officielle de l’Internet. Tous les sites web sont en effet enregistrés dans l’annuaire mondial des sites Internet, géré par l’Icann ( Internet Corporation for Assigned Names and Numbers ICANN, ou Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet en français). On examine l’adresse internet de la page étudiée, c’est-à-dire son URL, ou Uniform Ressource Locator, comme on dit dans le langage informatique passé dans le langage courant.

WS, suffixe web de Western Samoa, îlot pacifique, utilisé par les escrocs.

Un peu moins facile à vérifier que d’autres, mais pas trop. Premier obstacle, le site n’a pas de page d’accueil, vous ne pouvez pas aller directement à la page racine de l’adresse web (www.high-tech.ws), l’arnaque se trouve dans un sous-registre de son serveur, à la page www.high-tech.ws/fr/coolair/index-y2.html

Cerise sur la gâteau, le suffixe WS ça fait chic pour un site dont l’annonce est habilement placée par Yahoo dans sa rubrique Finance, et sûrement pour d’autres publics. C’est tendance un suffixe WS, dans l’imaginaire des financiers ce sont bien sûr les initiales de Wall Street, la Bourse américaine. Mais non, voyons, dans l’annuaire mondial de l’internet c’est tout simplement le caillou de Western Samoa, perdu au milieu de l’océan Pacifique, à un demi-monde d’ici.

Or, « depuis quelques années on note une utilisation principale du nom de domaine dans les commerces offshore sur Internet, en effet la loi Samoane est parmi les plus souples qui existent dans le Pacifique. Le .ws est géré comme le .net par une entreprise privée, Global Domains International (GDI), qui gère en exclusivité cette extension selon un contrat signé avec le gouvernement samoan pour ensuite la revendre via un réseau de revendeurs », selon wikipédia. En clair, si vous avez un commerce d’escroc vous choisissez en priorité ce type de site web en .ws.

Fiche WHOIS de High-Tech.WS

Au bout du compte, la ficelle est grosse, il s’agit bien sûr d’un site bidon, comme l’indique sa fiche d’identité. Site anonyme, enregistré sans détail permettant de retrouver son propriétaire, dans un pays lointain sans forcément de lien avec les circuits bancaires de blanchiment des escrocs.

Fiche WHOIS de Hyperstech.com

Vous avez la garantie de ne jamais revoir votre argent, ni le fameux produit révolutionnaire avec lequel on vous a attiré dans cette souricière. Pire, vous vous ferez certainement dépouiller tout ce qu’ils peuvent prendre sur votre carte bancaire. Voilà des escrocs qui ne manquent pas d’air.

Pour hypersteck, on sait que c’est une arnaque sans vérifier, car aucun commerçant respectable ne confierait sa devanture et l’accueil de ses clients à une escroquerie anonyme enregistrée à Samoa. Mais on vérifie quand même pour vous le prouver. Et là, qu’est-ce qu’on trouve ? Un site anonyme enregistré par des voleurs à Panama. Très rafraichissant !

 

 

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.