Après le racolage sur Internet, les arnaques au trading s'attaquent aux stades de foot, avec des partenariats promotionnels et des publicités trompeuses pour plumer les supporters.

Après le racolage sur Internet, les arnaques au trading s’attaquent aux stades de foot, avec des partenariats promotionnels et des publicités trompeuses pour plumer les supporters.

Réjouis ou dépités par le classement de leur équipe nationale au championnat de l’euro, les supporters de tous les pays vont regagner les stades de leurs clubs locaux favoris, où une mauvaise surprise les attend. Plusieurs clubs de foot ont signé des partenariats visant à promouvoir le trading sur Internet, présenté par des publicités trompeuses comme une aubaine pour s’enrichir, alors que c’est une pure arnaque ! Ceux qui succomberont à ces publicités se feront plumer.

Dans leur lutte contre les escrocs du Forex (contre tous les sites de trading régulés ou non qui contribuent à cette arnaque), les autorités financières ont découvert la difficulté d’endiguer ce fléau, et de l’empêcher de faire des dégâts ravageurs auprès du public, en raison des complicités et protections légales dont jouit cette industrie criminelle.

Il suffit d’enquêter un peu sérieusement pour savoir, comprendre, ou découvrir, que le trading Forex est une escroquerie marketing inventée pour plumer les épargnants.

Au début, les arnaques au trading ciblaient les publics vulnérables, chômeurs, mères au foyer ou personnes isolées, en leur faisant miroiter la possibilité de s’enrichir avec un peu de formation en jouant sur les devises. « Regardez comme c’est facile », suffisait-il de dire aux pigeons après un petit tour d’illusion, pour leur faire croire à des gains et les inciter à donner toutes leurs économies qu’ils ne revoyaient jamais. Lisez ici pour comprendre la mécanique de manipulation de ce bonneteau : comment on fait croire la proie à des gains pour l’inciter à miser toutes ses économies qu’elle ne revoie jamais.

Depuis quelques temps, les escrocs du trading ont développé des argumentaires et des méthodes de ciblage adaptées pour séduire même des épargnants plus aisés, qu’on pensait mieux armés contre ces escroqueries, grâce à un bagage culturel plus solide en économie et finance, tels que des cadres supérieurs. Sans parler des jeunes ou étudiants à la recherche de compléments de revenus, qui tombent aussi facilement dans le panneau de ces bonimenteurs.

L’épidémie d’arnaques au Forex se propageant principalement par Internet, à travers les pourriels (spams) reçus directement dans votre boîte aux lettres ou via des publicités racoleuses sur tous les sites web grand public, une mesure utile pour endiguer ce fléau consistait à en interdire la publicité électronique. Ce qui est en cours, comme l’ont annoncé les autorités financières fin mars 2016.

Le problème est que les escrocs du Forex ont tellement d’argent avec les milliards volés aux épargnants, qu’ils ont des budgets de publicité très alléchants pour attirer davantage de pigeons. Ils se sont donc tournés vers le sponsoring sportif des clubs de foot. Quoi de plus génial pour berner un pays entier, que d’inonder les stades de foot de promotions pour le trading, dupliquées sur les millions d’écrans de télé retransmettant les matchs ?

En dehors de quelques décryptages sur le rôle de cette industrie du spectacle dans la corruption internationale et le blanchiment d’argent criminel, Deontofi.com n’a aucune compétence spécifique sur le football. Pour appréhender l’ampleur de ce phénomène, il suffit pourtant de taper «partenaires trading foot» sur un moteur de recherche pour tomber sur l’article de notre confrère Charles Knappek, de Sport Stratégies. Sous le titre « Sponsoring: la nouvelle manne du trading« , il raconte comment « en parrainant des clubs professionnels, les plateformes de trading s’offrent une légitimité supplémentaire auprès d’une base étendue de fans», avec de nombreux exemples de ces partenariats plus que douteux.

« Après 24option à l’Olympique Lyonnais, c’est au tour d’EZ Trader de parrainer l’AS Monaco. Et d’autres clubs se préparent à nouer des accords de même nature, tel l’OGC Nice avec InteractiveOptions», nous apprend cette source bien informée.

Bingo, InteractiveOptions est justement un des escrocs régulés du trading Forex qui vient de jeter l’éponge pour mieux disparaître avec l’argent volé à ses clients pigeonnés. C’était une marque du courtier chypriote Pegase Capital, lui aussi envolé, comme le cheval ailé dont il empruntait le nom, avec l’argent escamoté aux pauvres mortels ayant cru ses fadaises.

Poursuivant votre recherche documentaire vous lirez cet excellent article plus récent de notre confrère Adrien Schwitter, sur le site Challenges.fr :

Pourquoi l’Assemblée interdit le jeu dangereux des clubs de foot et des sites de trading en ligne

Il recense cinq clubs de foot impliqués dans la promotion des arnaques au trading : le PSG, l’Olympique lyonnais, l’AS Monaco, Saint-Etienne et Nice. Avec toujours la même hypocrisie des argentiers du foot en guise de réponse aux critiques sur leurs partenariats douteux : «tant que ce n’est pas interdit c’est permis».

Bonne nouvelle, ce n’est justement plus permis, comme le rappelle notre confrère : « Les députés ont interdit, par amendement au projet de loi « Sapin II », le parrainage sportif par des sites de trading en ligne».

Malheureusement, on peut craindre que le fléau des arnaques au trading perdure, et cause encore la ruine de nombreux épargnants-consommateurs naïfs, attirés par les promesses mensongères des escrocs du trading.

Interdite ou pas, la publicité virale sur les réseaux sociaux est une manne précieuse pour les géants américains du web, complices sans scrupule de cette arnaque interdite dans leur propre pays, les Etats-Unis. Pour comprendre à quel point cette industrie pourrie a gangréné tout ce qu’elle touche, il faut lire l’excellent reportage de notre confrère Hunter Stuart, dans le Times of Israël, racontant sa visite au salon international du trading, sous le titre :

Alors que les victimes s’accumulent, l’industrie du Forex fait la fête à Chypre

Sans dévoiler son article, qui vaut vraiment le coup d’être lu, ces quelques extraits expliquent le contexte des partenariats honteux entre les clubs de foot et les escrocs du trading Forex :

« Aux Etats-Unis, le marché des options binaires est limité à trois bourses américaines régulées, et il est illégal pour les compagnies d’options binaires étrangères au pays d’approcher des citoyens américains. Dans des pays comme la France et le Canada, de nombreuses entreprises israéliennes figurent sur les listes noires du gouvernement, et les enquêteurs tentent de coincer les fraudeurs israéliens, sans beaucoup d’aide des autorités israéliennes.

En France et en Roumanie, il y a eu une série d’arrestations récentes, dont des Israéliens et des suspects de fraude aux options binaires liés à Israël. Israël a récemment interdit aux compagnies d’options binaires d’avoir des clients israéliens, mais elles sont toujours scandaleusement autorisées à perpétrer leur vol cynique chez des clients étrangers.»

Quant à la fin du racolage en ligne par les géants du web, qui espionnent vos moindres clics pour les revendre aux prédateurs de vos économies, il ne faut pas compter sur Google, Twitter, Facebook et consors pour endiguer ce fléau dont ils orchestrent la promotion pour quelques paquets de dollars, ponctionnés sur l’argent volé aux victimes.

« En Asie, la région a réellement de plus en plus d’appétit pour le forex », a déclaré pendant une présentation un dirigeant de Google, Panos Lamprakos, tout en montrant des diapositives illustrant que le nombre de recherches pour « forex » et « options binaires » en Asie du sud-est a explosé ces dernières années.»

Et que dire des grandes corporations technologiques qui ont donné des présentations pendant la conférence : Google, Facebook, et Twitter ? Les trois compagnies ont donné des discours présentant des conseils sur comment utiliser leurs plate-formes pour gagner plus de clients, et plus d’argent.

« Nous avons travaillé très étroitement avec les industries du forex et des options binaires ces derniers six mois, je dirai », a déclaré Liset van Oosterhout, chargée de compte chez Twitter pour le marché israélien, à un public conquis. « Nous avons vu de très bons résultats avec quelques annonceurs, et c’est vraiment une industrie en croissance pour nous. »

L’arnaque mondiale de l’industrie du trading n’aurait jamais atteint une telle ampleur sans des complicités aussi énormes.

Share Button

4 commentaires

  1. Guillaume Demetz geraud, le

    La situation du foot pourri, des réseaux Internet favorables à la croissance sans production correspond à la fin d’une époque. Nos jeunes ne jurent que par les réseaux électroniques, jouent en réseau, leurs amis sont des robots informatiques ou des jeux élaborés, plus aucuns ne se parlent autrement que via un ordinateur que ce soit un téléphone, un pc ou autre…
    Nous marchons sur la tête avec des biens alimentaires complétement modifiés qui parcourent des milliers de km avant d’être vendus, des politiques qui ne savent que créer des lois et des règlements comme au sujet des arnaques du foot etc. Nous ne vivons que par l’entremise de cette électronique omniprésente à tous les instants. La Russie Soviétique n’était finalement que précurseur avec son renseignement très élaboré, pourquoi les en avoir condamné ?
    Pour mettre un terme à beaucoup sinon toutes ces arnaques Internet, apprenons à revivre normalement autrement que par procuration en ligne surveillé par Big Brother.

    Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *