Catégories de l'article : DéontologieRelations clients

Quand un dangereux site illégal de trading sur le Forex est épinglé par les autorités boursières et bancaires françaises, la mise en garde des épargnants réduit la capacité de ces intermédiaires à arnaquer de nouvelles victimes. Leur réflexe est alors de disparaître… pour réapparaître ailleurs sous un autre nom, un peu comme les stands en carton de Bonneteau qui s’évaporent à la vue des uniformes… pour réapparaître dès qu’ils ont le dos tourné.

La spéculation sur les devises est un jeu hasardeux auquel on finit toujours perdant. (photo © GPouzin)

La spéculation sur les devises est un jeu hasardeux auquel on finit toujours perdant. (photo © GPouzin)

La mise en garde diffusée ce 18 février 2014 par l’Autorité des marchés financiers rappelle étrangement un tel scénario. Le gendarme de la Bourse dénonce un site suspect, avec un nom générique pompeux (Private Capital), qui se fait passer pour un « grand nom de la finance » en jouant sur la confusion du public, et qui semble n’être qu’une copie d’un précédent site de trading interdit en France, au doux nom de Goldman Capital, qui entretenait lui aussi la confusion avec une banque américaine réputée (pas toujours en bien), et avait disparu de la toile après son inscription sur la liste noire des autorités il y a moins de cinq mois.

Deontofi.com rediffuse ci-dessous le communiqué de l’AMF :

L’Autorité des marchés financiers (AMF) attire l’attention du public sur les activités de la société PRIVATE CAPITAL en rappelant que cette société n’est pas autorisée à recevoir des fonds ni à fournir des services d’investissement, ni à faire du démarchage bancaire et financier sur le territoire français.

La société PRIVATE CAPITAL, dont le site internet est www.privatecapitals.com, démarche des investisseurs français pour leur offrir des placements ou des services financiers notamment sur le marché des changes, en se présentant comme  » reconnue comme étant l’une des firmes des plus importantes firmes en matière de gestion de fortune « .

Cette société n’est pas autorisée à fournir des services d’investissement, ni à recevoir des fonds, ni à faire du démarchage bancaire et financier sur le territoire français.

Par ailleurs, le site internet de PRIVATE CAPITAL est en tous points identiques au site de la société GOLDMAN CAPITAL, qui avait fait l’objet, le 26 septembre 2013 d’une mise en garde de l’AMF et a été fermé depuis lors.

En conséquence l’AMF recommande aux investisseurs de ne pas donner suite aux sollicitations de la société PRIVATE CAPITAL et de ne pas les relayer auprès de tiers, sous quelque forme que ce soit.

De manière générale, avant de vous engager, vous devez toujours vérifier que l’intermédiaire financier qui propose ou conseille des investissements en instruments financiers figure bien sur la liste des établissements financiers autorisés à exercer en France (https://www.regafi.fr). Si l’intermédiaire concerné ne figure pas sur ces listes, nous vous invitons fortement à ne pas répondre à ses sollicitations.

 

Share Button

2 commentaires

  1. france, le

    Je suis actuellement relancee par l association ACA qui m appelle pour m aider a recuperer de l argent sequestree…et me demande une caution de 54 000 euros pour debloquer les fonds….comment les faire pincer….
    Cordialement
    France

    Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *