Mots-clés de l'article : Assurance vie, guide fiscal

Qui sont les souscripteurs d’assurance vie en France ? Quel est leur âge et le montant de leur patrimoine ? Quels sont leurs revenus et leurs motivations ? L’enquête annuelle de l’association des assureurs apporte des réponses inattendues à ces questions, qui remettent en cause certains clichés sur l’assurance vie, notamment au regard de ses avantages. Les explications de Deontofi.com.

Pourquoi pas  souscrire une assurance vie ? Le profil des souscripteurs nous renseigne sur leurs motivations. (photo © GPouzin)

Pourquoi pas souscrire une assurance vie ? Le profil des souscripteurs nous renseigne sur leurs motivations. (photo © GPouzin)

Découvrez ici les résultats de l’enquête annuelle de l’association des assureurs sur les détenteurs d’assurance vie, avec les commentaires de Deontofi.com mettant ces informations en perspective au regard des caractéristiques de l’assurance vie et de ses avantages supposés par rapport à la situation des souscripteurs.

Contrats d’assurance en cas de vie : caractéristiques et motivations des souscripteurs (enquête 2014)

Contrats d’assurance en cas de vie : caractéristiques et motivations des souscripteurs (enquête 2014)

Les contrats d’assurance en cas de vie représentent près de 55 % de l’ensemble des contrats d’assurance vie souscrits à titre individuel. Ils regroupent les contrats à vocation d’épargne et de retraite sous forme de «capital différé» et/ou de «rente». Quel est le profil du souscripteur ? Quelles sont ses motivations et ses critères de choix ? Focus sur les résultats d’une enquête réalisée en mars 2014 par l’Association française de l’assurance (AFA) auprès de 5 586 souscripteurs d’un contrat d’assurance en cas de vie à adhésion individuelle.

Le profil des souscripteurs

L’âge moyen des souscripteurs de contrats d’assurance en cas de vie à adhésion individuelle est de 53 ans en 2014.

Les retraités représentent la part la plus importante des souscripteurs de contrats (35 %), devant les employés (25 %), les cadres moyens et les agents de maîtrise (16 %) et les actifs non salariés (8 %).

L’œil de Deontofi.com : si l’assurance vie est souvent présentée comme avantageuse pour transmettre un capital sans droits de succession, cet avantage n’est pas déterminant pour un grand nombre de souscripteurs dont le patrimoine à transmettre est de toute façon inférieur aux seuils d’imposition sur les successions (au-delà de 150 000 euros par enfant). En revanche, les caractéristiques financières de l’assurance vie en euros en font un placement pertinent que beaucoup d’épargnants auraient intérêt à souscrire bien plus jeunes qu’à l’âge moyen de souscription, actuellement de 53 ans.

Le revenu brut annuel moyen du ménage des souscripteurs est de 41 200 euros. 57 % des souscripteurs déclarent un revenu inférieur à 35 000 euros. Le revenu brut annuel moyen de l’ensemble des ménages français s’établit quant à lui à 34 300 euros.

Plus de la moitié des souscripteurs déclare un patrimoine financier inférieur à 45 000 euros, soit moins que la moyenne de celui de l’ensemble des ménages français (45 400 euros).

Le montant moyen du patrimoine financier (produits d’épargne, placements financiers et assurance vie) déclaré par les souscripteurs est de 102 100 euros.

L’œil de Deontofi.com : Si l’assurance vie est un paradis fiscal pour les personnes fortunées (bien que ce soit moins le cas depuis le plafonnement de l’exonération de droits de succession à 152 500 euros par bénéficiaire), la grande masse des souscripteurs se situe plutôt parmi les classes moyennes. L’écart entre le patrimoine médian des souscripteurs (45 000 euros) et le montant moyen de leur patrimoine (102 100 euros), indique le poids des contrats les mieux garnis (souvent en millions d’euros) qui déforme la moyenne par rapport à la médiane.

Ces informations corroborent le montant moyen détenu en assurance vie, que l’on estime souvent autour de 88 000 euros par souscripteur (15 milliards d’euros d’encours divisés par 17 millions de souscripteurs estimés = 88 000 euros par souscripteur en moyenne).

Cela confirme que dans la plupart des cas l’exonération de droits de succession de l’assurance vie n’apporte aucune avantage supplémentaire aux souscripteurs pour une transmission à leurs enfants.

42 % des souscripteurs de contrats d’assurance en cas de vie ne possédaient aucun contrat d’assurance vie à titre individuel (décès, épargne, retraite) au moment de la souscription de leur contrat.

L’œil de Deontofi.com : on en déduit que près de 60% (58%) des souscripteurs d’assurance vie possèdent déjà au moins une assurance vie quand ils en souscrivent une nouvelle. Il est parfaitement pertinent de diversifier ses placements en assurance vie entre différents contrats, pour lisser leur rentabilité et pouvoir bénéficier de l’antériorité fiscale des meilleurs que l’on possède en retirant l’argent de ceux qui se font larguer dans les classements. Cette tendance des souscripteurs satisfaits à ouvrir de nouveaux contrats explique aussi le poids plus important des retraités parmi les souscripteurs : ils ont une expérience de l’assurance vie et en redemandent.

L’objectif de souscription

La constitution d’un complément de retraite (capital ou rente) est le principal objectif recherché par les souscripteurs (27 %) devant la transmission d’un capital (16 %) et l’épargne sans projet précis ou de précaution (14 %).

raisons-souscriptions-assurance-vie-enquete-2014

Les raisons principales de souscription

La relation avec le conseiller (23 %) et la fiscalité de l’assurance vie (22 %) sont les deux raisons principales qui ont motivé les clients pour choisir un contrat d’assurance en cas de vie afin de réaliser leur objectif.

Chiffres clés de la souscription d’un contrat d’assurance en cas de vie en 2014

– Age moyen du souscripteur : 53 ans

– Revenu brut annuel moyen du ménage : 41 200 €

– Patrimoine financier moyen du ménage : 102 100 €

– Objectifs du souscripteur : la retraite (27 %), la transmission (16%) et l’épargne de précaution (14 %)

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. BARRERE Jean Yves, le

    Bonjour, je suis actuellement avec un procès sur les épaules et avec mon épouse nous hésitons quand au fait de laisser nos 2 assurances-vies qui ne sont pas à notre banque, mais chez un assureur, ces dernières sont-elles saisissables ?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Bonjour cher lecteur et merci pour votre commentaire.
      Contrairement à une idée encore répandue, et que certains magazines d’assurance vie continuent de colporter, l’assurance vie n’est plus totalement insaisissable, même si les possibilités de saisie de l’épargne placée en assurance vie sont encore restrictives et si leurs modalités varient selon les situations.
      Nous reviendrons sur ce sujet.

      Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *