Afer, épisode 6. Avant de vous laisser lire les résolutions qu’ils présentent à l’assemblée générale 2014 de l’Association française d’épargne et de retraite, Deontofi.com présente les voix de ces représentant des épargnants mécontents de l’Afer et les grands thèmes de revendication et d’insatisfaction à l’origine de leurs résolutions pour améliorer la gouvernance, la transparence et la gestion de l’Afer dans l’intérêt des épargnants-adhérents. Lisez le sommaire de notre dossier « Spécial Afer 2014 »

L'Association française d'épargne et de retraite, Afer, fondée en 1976, a connu une histoire tumultueuse en terme de déontologie financière. (photo © GPouzin)

L’Association française d’épargne et de retraite, Afer, fondée en 1976, a connu une histoire tumultueuse en terme de déontologie financière. (photo © GPouzin)

Au début de la révélation d’un scandale, les premiers lanceurs d’alerte (whistlleblowers en anglais) sont toujours isolés, dénigrés, et attaqués avec l’acharnement le plus déterminé par les fraudeurs qu’ils dénoncent, réagissant comme des bêtes blessées conscientes du danger à voir exposer leurs turpitudes. C’est ce qui est arrivé à François Nocaudie, fondateur de l’association SOS Principes Afer en 1997, le premier à avoir dénoncé et poursuivi les fraudes des deux charismatiques dirigeants de l’Association française d’épargne et de retraite. François Nocaudie est un fin connaisseur de l’Afer puisqu’il a côtoyé de près ses fondateurs en tant que plus ancien courtier délégué Afer depuis 1978, comme il l’explique en toute transparence sur le site de SOS Principes Afer : http://sosprincipesafer.fr/qui_sommes_nous.php. Ses détracteurs prétextent abusivement des activités de courtier de François Nocaudie pour dénigrer la légitimité réelle de ses revendications, alors qu’il a montré plus de cohérence dans la gestion des conflits d’intérêt (il défend ses clients) que bien des dirigeants pseudo-indépendants de l’Afer.

Pierre-Marie Guillon a été le second dissident de l’Afer à avoir dénoncé ouvertement les dérives de l’Afer après en avoir connu les réalités de l’intérieur. Cet ancien journaliste financier a écrit dès 2004 un livre « Une ténébreuse Afer… », comme expliqué dans « L’afer et la presse : des relations à double tranchant… ». Après être paru un peu en retrait des polémiques entourant l’Afer ces dernières années, Pierre-Marie Guillon est revenu dans l’arène en 2014 avec son lot d’indignation et de résolutions pour endiguer les dérives de l’Afer.

Enfin une troisième voix des épargnants mécontents de l’Afer s’est structurée au printemps 2014 autour du collectif « Dans l’intérêt des adhérents ». Dernier né de la rébellion, ce collectif réunissant des personnalités renommées sera peut-être le plus déterminant pour attirer l’attention du public et des autorités compétentes sur les dérives de gouvernance de l’Afer. Contrairement aux deux voix précédentes, ce collectif ne réunit aucun prestataire de services financiers qui, même s’ils ont raison sur le fond, sont plus facile à discréditer sous des prétextes souvent fallacieux de jalousies ou autres mesquineries entre commerçants. Le collectif « Dans l’intérêt des adhérents » est composé de personnalités motivées par la défense des épargnants et d’une bonne gouvernance associative qu’il est plus difficile d’accuser d’arrière-pensées commerciales.

Ce collectif réunit notamment notre confrère Jean-François Filliatre, journaliste ex-rédacteur en chef du magazine Mieux Vivre Votre Argent, dont il est encore éditorialiste, et chroniqueur sur BFM Business ; ainsi que Guillaume Prache, fervent défenseur des épargnants et de la déontologie financière, directeur général de « Better Finance for all » (Fédération Européenne des Usagers des Services Financiers), plus connu des lecteurs de Deontofi.com pour ses dénonciations du scandale du Cref à travers l’Arcaf. Il présente la candidature de quatre autres de ses membres au conseil d’administration de l’Afer : Jean Berthon, président de la Fédération des Associations Indépendantes de Défense des Epargnants pour la Retraite (Faider); Jean-Antoine Bouchez (fondateur du magazine Mieux Vivre Votre Argent qu’il a revendu à L’Express), Nathalie d’Imbleval (ex-attachée de presse de l’Afer ayant fondé depuis l’agence de communication Clémentine et Cie) et Christine Priol (ex-salariée du GIE Afer créatrice d’entreprise).

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. camera, le

    Bonjour,

    A qui m’adresser pour m’inscrire dans une « action en justice » en groupe ou seul à l’encontre de l’Association AFER ou d’AVIVA ?
    Ceci pour ce qui concerne des faits passés( demande en restitution-Athias/Beckerman) ou d’éventuelles futures « malfaçons » ou « anomalies ».
    Bien cordialement.
    Mr CAMERA(adhérent Afer)

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Vous pouvez contacter l’un des collectifs de défense des épargnants de l’Afer pour leur exposer votre litige, comme SOS Principes Afer ou « Dans l’intérêt des adhérents », dont plusieurs membres ont déjà des litiges en cours avec l’Association française d’épargne retraite et son président Gérard Békerman, sur lesquels Deontofi.com reviendra dans les prochaines semaines.

      Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *