J’adore ces climats de panique irrationnelle dont on constate souvent rétroactivement qu’ils reflétaient davantage les réactions épidermiques des acteurs en fonction de leurs visions du monde, plus que les conséquences réelles d’un événement hyper-médiatisé.

Cet article est réservé aux souscripteurs de l’Abonnement Déontofi Bourse Expert.

Share Button