Signaler les entorses à la déontologie financière relève d'une démarche citoyenne pour lutter contre les pratiques nuisibles à la société. (photo © GPouzin)

Avant de placer son argent dans un placement, ou d’en confier la gestion à une quelconque société ou intermédiaire, il est impératif de vérifier à qui l’on a affaire. Les explications de Deontofi.com pour éviter les mauvaises surprises. (photo © GPouzin)

Il faut le dire et le répéter : ne confiez jamais le moindre centime à des inconnus, même sous prétexte qu’ils s’offrent des campagnes de pub tapageuses sur les sites web les plus variés que vous consultez, voire paraît-il de nos jours jusque dans les stades de foot de clubs renommés.

Comme les autres, Club-Epargne était un de ces inconnus à qui il ne faut jamais confier un centime. Un pauvre site internet sans mentions légales, la première des obligations d’information et la première pièce d’identité à vérifier quand on visite un site inconnu. Les mentions légales doivent vous renseigner sur l’identité de l’entreprise éditrice du site et le nom du directeur de la publication, parmi plein d’autres informations administratives et légales utiles.

Savoir à qui on a affaire est déjà important quand on fait un achat sur un site internet commercial. D’ailleurs, beaucoup de consommateurs sont assez vigilants dans ce domaine. Avant de finaliser leur achat sur un site de commerce en ligne, ils prennent souvent la peine de rechercher des avis d’internautes ou des critiques et articles de presse sur sa qualité de service et son honnêteté.

Quand il s’agit de placer de l’argent, il faut être encore plus vigilant. En plus des recherches d’avis et d’articles sur la réputation du marchand de finance et de ses produits, en plus des vérifications d’usage de son identité dans les mentions légales, il faut vérifier que ce n’est pas un fantaisiste ou un escroc.

C’est difficile à savoir par soi-même. Là encore, il faut passer par des vérifications administratives, normalement facilement accessibles sur le site de chaque prestataire, sinon passez votre chemin.

Pour un site financier, en plus des mentions légales habituelles vous devez trouver les informations suivantes, selon ses activités :

Pour une banque : elle doit être agréé en tant que banque par le Comité des Etablissements de Crédit et des Entreprises d’Investissement (CECEI, 31 rue Croix des Petits Champs, 75001 PARIS). Son agrément doit être consultable sur le site de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution.

Pour un courtier ou autre prestataire de services d’investissement (PSI) : pour la fourniture des services de réception-transmission et d’exécution de transactions (ordres de Bourse ou sur produits financiers) pour le compte de tiers ainsi que pour l’activité de tenue de compte-conservation, un intermédiaire doit être agréé par le CECEI (Banque de France) avec double validation par l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Pour un conseiller en investissements financier (CIF) : pour un conseiller en gestion de patrimoine indépendant, ou tout autre professionnel non salarié d’une banque quel que soit son titre ou sa fonction, l’activité de conseil en patrimoine n’étant pas une profession réglementée, un individu doit obligatoirement être agréé comme conseiller en investissements financier, par une association professionnelle exerçant une délégation de pouvoir de l’AMF pour délivrer et contrôler ces agréments.

Pour un courtier en assurance : qu’il s’agisse d’assurances dommages ou de produits d’épargne comme l’assurance vie, qu’ils soient proposés par un indépendant (conseillers en gestion de patrimoine, « assureur » de quartier…) ou par un grosse structure (courtier en ligne, banque…), tout vendeur d’assurance doit obligatoirement être immatriculé au registre des intermédiaires en assurance tenu par l’Orias (organisme pour le registre des intermédiaires en assurances) situé 1 rue Jules Lefebvre 75311 Paris CEDEX 9.

Pour vérifier la réalité de ces agréments : une fois le type d’intermédiaire identifié, il faut vérifier la réalité de son agrément en consultant la liste des prestataires de services d’investissement habilités (https://www.regafi.fr) ou la liste des intermédiaires autorisés dans la catégorie conseiller en investissement financier (CIF) ou conseiller en investissements participatifs (CIP) (https://www.orias.fr/search) dans le cas des plateformes de financement participatif (crowdfunding).
ATTENTION ! Sur ce point, le fait qu’une plateforme de financement soit parfaitement agréée ne l’empêchera pas forcément de servir d’intermédiaire à des faussaires ou escrocs proposant d’investir dans de fabuleux projets destinés à détourner l’argent des épargnants séduits.

Lire aussi :

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *