Catégories de l'article : PlacementsDivers
TerresRaresMatieresPremieresPubACCI_PLUS_02

Alléchés par des publicités comme celle-ci sur les terres rares, des épargnants se sont fait plumer par des officines de placements dans les matières premières. Une arnaque dénoncée de longue date par Deontofi.com

Il s’agissait d’une arnaque dénoncée de longue date par Deontofi.com et contre laquelle le gendarme boursier avait déjà effectué des mises en garde. Aujourd’hui, comme avec le trading Forex, les épargnants appâtés par des publicités racoleuses pour les placements prétendument juteux dans les métaux précieux et les terres rares découvrent qu’ils se sont tout simplement fait voler.

« Parfum d’arnaque sur les placements en terres rares« , titre un article paru ce matin dans le quotidien départemental Var Matin. On y lit comme un comptable retraité de la région s’est fait voler ses économies en croyant acheter 21 kilos de terres rares auprès de la société Rare Metal Brokers. Ayant découvert la supercherie en même temps que sa ruine, l’épargnant trompé cherche à rassembler d’autres victimes de cette arnaque pour explorer ensemble leurs éventuelles voies de recours, et surtout informer le public contre les dangers de ces escroqueries à l’épargne véhiculées par des publicités trompeuses que relayent les sites les plus sérieux. En l’occurrence, le site de sa banque en ligne aurait lui-même servi de faire-valoir à la publicité des escrocs aux terres rares. Depuis, Rare Metal Brokers a pris la poudre d’escampette, disparaissant avec l’argent des clients sans laisser d’adresse.

Cet épargnant varois n’est pas le seul à s’être fait plumer par les rêves de Rare Metal Brokers. Une épargnante toulousaine s’est fait subtiliser 130 000 euros par la même arnaque aux terres rares, toujours par l’entremise de Rare Metal Brokers, apprenait-on il y a moins de deux mois dans le quotidien régional La Dépêche du Midi.

Deontofi.com met en garde les épargnants contre toutes les officines proposant d’acheter des matières premières qui seraient prétendument conservées pour eux « en lieu sûr », « dans une zone franche en Suisse », à Manchester comme dans l’arnaque Rare Metal Brokers, ou autres fadaises donnant l’impression d’une sécurité fiable par rapport à la solidité contestée des établissements bancaires. Certes, les épargnants ont de vrais raisons de douter de la capacité des banques à rester solvables en cas de tempête financière, comme la crise de 2008 le leur a confirmé. Mais il est totalement illusoire de croire qu’une quelconque officine, venue de nulle part ou presque, sans antériorité ni garants financiers solides, puisse offrir des garanties de solvabilité et d’honnêteté supérieures à celles des banques.

Le commerce de matières premières et de métaux précieux échappe totalement à la réglementation financière et ces officines ne disposent en réalité d’aucune garantie. La plupart sont des escroqueries pures et simples. Mais même celles qui ne seraient pas foncièrement malhonnêtes n’offrent aucune garantie susceptible de nous rassurer quant à la possibilité de récupérer son argent, ou même ses précieuses matières premières prétendument stockées en lieu sûr, le jour où l’on a besoin de son argent.

Sur ce thème, lisez aussi :
Les escrocs du trading au bal des ventouses, faux reportage et pubs racoleuses

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

9 commentaires

  1. Vincent Donnen, le

    Il existe une offre de fonds investissant dans les métaux rare : le Swiss Asia Rare Metals fund par exemple. Mais il s’agit d’une SICAV SIF réservée aux investisseurs qualifiés (donc investissement minimum de 125 000€). Le fonds est régulé par la CSSF (Commission de Surveillance du Secteur Financier de Luxembourg) et a un prospectus complet, les métaux sont stockés à Rotterdam, accessibles aux investisseurs, audités, assurés et les rédemptions sont honorées.
    Le but n’est pas de faire de la publicité mais de bien faire la distinction entre des véhicules régulés et sérieux (projet autrement plus complex à bâtir) et des arnaques à la petite semaine. Il existe bien des possibilités d’investir dans les métaux rares avec un véhicule sérieux. Il est impératif de n’investir QUE dans des structures régulées.
    La fin de l’article : « Mais même celles qui ne seraient pas foncièrement malhonnêtes n’offrent aucune garantie susceptible de nous rassurer quant à la possibilité de récupérer son argent, ou même ses précieuses matières premières prétendument stockées en lieu sûr, le jour où l’on a besoin de son argent. » est donc erronée et je me dois de rétablir la vérité.
    étant conseiller en investissement de ce fonds, je ne souhaite pas que notre réputation soit impactée par ces cas d’arnaque qui nous font du mal.

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Merci cher lecteur pour ce commentaire pertinent.
      Cependant, même une Sicav Suisse enregistrée au Luxembourg à règles d’information allégée ayant l’interdiction de démarcher les épargnants n’offre pas de garantie de récupérer son argent, sauf à ce qu’il s’agisse d’un fonds à capital garanti ou bénéficiant d’un mécanisme de protection du capital explicite
      Il s’agit de mettre l’accent sur les risques de ces marchés et le fait qu’il n’y a aucune protection du capital investi.
      De même il serait surprenant que les gérants du fonds évoqué proposent aux investisseurs de récupérer leur investissement sous forme de biens physiques.
      Sous réserve de ces mises en garde, il existe effectivement des fonds régulés misant sur les matières premières qui n’ont rien à voir avec la multitude d’arnaques, faux intermédiaires et fonds d’investissement bidon prospérant sur Internet.

      Répondre Signaler un abus
      • Vincent Donnen, le

        Je suis d’accord avec vous cependant, concernant la protection du capital investi, elle va à l’encontre du principe même de la finance : le rendement / risque. L’investisseur accepte un certain risque (perte en capital) contre une certaine espérance de gain. Plus le risque pris est important, plus on attend un gain important en retour (sinon, autant rester sur un livret A ou sur des bonds du trésor).
        Cela est vrai pour tout type de fonds : métaux rares comme actions ou immobilier.
        Ce qui est fondamental par contre, c’est que le risque soit clairement identifié et circonscrit. Dans le cas d’un fond régulé, le risque n’est « que » celui d’une perte financière dépendant de l’évolution des prix des sous-jacents (des métaux rares dans le cas présent). Dans celui d’une fraude, le risque est la perte ou le vol des sommes investies. (ce qui n’est pas possible avec un fonds régulé en Europe où c’est la banque dépositaire qui détient l’argent et qui ne peut effectuer des opérations qu’avec des contreparties agréées en amont, le tout sous la surveillance de l’administrateur indépendant et d’une société d’audit.
        Il est donc impératif de séparer ce qui est une fraude de ce qui est un fonctionnement normal en matière de finance : accepter un risque en échange d’une espérance de rendement.

      • Gilles Pouzin, le

        Vous avez raison, il faut distinguer les vrais fonds régulés des fraudes, c’est un des objectifs de Deontofi.com
        Cependant, il faut aussi distinguer la qualité de l’environnement juridique du statut de dépositaire/conservateur et son obligation légale de dédommagement en cas de faille s’il a manqué à son devoir et que les titres disparaissent.
        Sur ce plan, Deontofi.com estime que le Luxembourg jouir d’une réputation de sécurité médiocre des dépositaires de fonds, compte tenu de son attitude protectrices des professionnels au détriment des porteurs du fonds luxembourgeois Luxalpha de Bernard Madoff.
        A l’époque des faits, la réglementation était plus stricte pour les dépositaires français, légalement obligé de rembourser s’ils avaient été dépositaires d’un fonds comme celui de Madoff. Les dépositaires français réclamaient d’ailleurs un allègement de leurs responsabilités, estimant que la réglementation protectrice des fonds français les rendait moins compétitifs que les Luxembourgeois, dont beaucoup sont des filiales de banques françaises par ailleurs.
        Ce débat sur la qualité et sécurité des dépositaires/conservateurs mériterait d’être approfondi, mais il reste très technique, et en résumé il vaut mieux retenir qu’avec un fonds régulé dans un pays sérieux (là aussi il y a débat), on est sûr que les actifs du fonds ne vont pas disparaître comme avec les escroqueries sur Internet.

  2. Rihoux jean-Pascal, le

    Je suis une autre victime des escrocs métal rare brokers et je propose de créer une association afin de peser en justice contre ces voyous.
    J’ai retrouvé la traçe de la personne qui m’ a arnaqué et je propose de déposer plainte contre lui.
    Les viçtimes qui désirent se joindre à moi sont les bienvenues.
    Cordialement

    Répondre Signaler un abus
  3. Fabre, le

    c’est immoral, ils se cachent derrière des juridictions étrangères. ils sont repartis sous l’entité Vicore holding dans soit disant l’émeraude…… Ces sont de gros arnaqueurs sans scrupules. On citera la banque bnp paribas de Paris ayant fait de la publicité pour eux un moment donné cautionnant leurs images sans vérifications sérieuses, et ayant encaissé de nombreuses années l’argent des victimes… le système fut bien rôdé techniquement commercialement parlant cependant. Il s’agit d’escrocs professionnels.

    Répondre Signaler un abus
  4. Investor, le

    Salut,
    C’est bien dommage qu’on atteint un tel stade. Des gens innocents qui se font dérober leur argent sans aucun moyen de défense face à des monstres qui proposent des offres de rêve.
    Cela me rappelle l’histoire du négociant de métaux précieux anglais qui s’est fait piéger en achetant un lingot d’or avec son certificat et qui découvre que c’était un faux et qu’il contenait des barres de tungstènes (pour l’histoire complète consulter l’article http://www.rfi.fr/emission/20101203-contrefacon-or-hong-kong NDLR le lien commercial a été remplacé par la source journalistique citée) et je vous laisse imaginer sa réaction face à ça.
    Morale de l’histoire, l’investissement en métaux précieux/matières premières a son propre circuit officiel et tout le monde doit être conscient du risque de s’aventurer seul sur une telle affaire !

    Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *