Catégories de l'article : PlacementsDivers

ecoramaboursoramapouzin20161118investirorplacementrefuge

Pour beaucoup de Français, l’or bénéficie d’une image de placement « refuge » en raison du traumatisme des deux guerres mondiales qui ont ruiné le pouvoir d’achat de notre monnaie dans la première moitié du XXème Siècle. Il faut rappeler qu’entre la guerre de 14 et la reconstruction après la Libération, le franc avait perdu 99% de son pouvoir d’achat en raison de l’hyper-inflation des prix, qui a dépassé 10 000% sur cette période : ce qu’on achetait avec 1 franc en 1914 coûtait 100 francs en 1949. Mais depuis l’arrêt de convertibilité du dollar en or, décrétée par le président américain Richard Nixon en août 1971, et le remplacement du « gold exchange standard » par un système monétaire international de change flottant, l’or n’a plus du tout tenu ce rôle de valeur refuge que les Français lui prêtent encore, marqués par le poids culturel et historique des générations passées.

Malheureusement on s’expose aujourd’hui à de grandes déceptions avec les diamants, les bijoux, ou même l’or qui sont loin d’être des placements aussi sûrs qu’on veut le faire croire aux épargnants. Déjà, le cours de l’or est extrêmement fluctuant. Le prix du lingot d’or de 1kg avait presque triplé en six ans, passant de 15 000 euros à l’été 2006 à 44 000 euros au plus haut du 2/10/2012, avant de reperdre quasiment 40% en un an (27 650 le 20/12/2013), puis regagner 33% en un an (à 36 800 le 23/1/2015), reperdre encore 15% dans l’année (à 31 210 le 11/12/2015), remonter à 40 000 le 7/7/2016, rebaisser à la rentrée, remonter avec Trump, etc. C’est le yo-yo permanent.

Ensuite, il y a aussi eu des arnaques avec des intermédiaires qui proposent aux investisseurs d’acheter de l’or conservé dans des zones franches en Suisse ou ailleurs, soit disant très sûres, et qui n’ont jamais revu ni leur or ni leur argent, comme dans l’affaire Auraria. La vente et l’achat d’or ne sont pas vraiment réglementés. En dehors des obligations de vigilance anti-blanchiment et de respect de la fiscalité, les officines d’achat et vente d’or sont des commerces ordinaires. Résultat, acheter de l’or par le biais d’une officine s’est révélé doublement décevant pour beaucoup d’épargnants qui espéraient ainsi se protéger d’un écroulement imminent des banques et du système financier. D’une part ils ont souvent perdu beaucoup d’argent avec la baisse de l’or, et d’autre part leur argent était encore moins en sécurité dans les coffres de ces officines que dans une banque.

Lire aussi: Parlons CASH : gare aux mirages des pseudo-placements en biens divers !

Cinq minutes pour comprendre : retrouvez l’interview de Gilles Pouzin sur ce thème dans l’émission Ecorama sur Boursorama TV le 24/10/2016

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Un commentaire

  1. Gérard, le

    A nouveau, un grand merci pour ces rappels aux plus élémentaires des vigilances. Comment peut-on croire les promesses alléchantes des vendeurs de rêves alors que (1) les (vrais) experts financiers se trompent régulièrement, (2) les autorités chargées de veiller au respect des lois (AMF et autres) ne font pas leur travail, (3) les escrocs ne sont pratiquement jamais rattrapés par la justice ?

    Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *