Le Livret A reste-t-il un bon placement quand on veut faire fructifier sa trésorerie disponible ? Lire aussi ici.

Attention à ne pas jeter le Livret A avec l’eau boueuse des arnaques au trading et aux diamants ! Depuis que la baisse des taux a réduit son rendement à presque rien, le Livret A sert d’épouvantail à tous les marchands de rêves, et plus particulièrement aux escrocs du trading Forex et des prétendus « placements diamants ». Quoi de plus facile que de dénigrer le Livret A et son taux « ridicule » (certes, mais réel et sans frais ni taxes), pour vendre du vent et des promesses ? C’est ce que font avec succès les publicités pour les pires escroqueries colportées par les grands média du web, comme Google et Yahoo, parmi d’autres. Relisez à ce sujet les articles sur « Le Plan B » en 2015, qui avait motivé une mise en garde du gendarme boursier (Les escrocs du trading au bal des ventouses, faux reportage et pubs racoleuses), et plus récemment Pourquoi le livret 8% investissement diamants est une arnaque hors-la-loi ou Arnaque diamants: vague de publicités sur internet pour un livret bidon !

En attendant, le Livret A n’est pas mort ! Comme Deontofi.com le rappelait encore dernièrement, le Livret A garde tout son intérêt pour placer des liquidités en sûreté à court terme.

C’est même redevenu un des placements privilégiés par les Français pour placer leurs surplus d’économies en 2017, comme le rappelle l’économiste Philippe Crevel, directeur du Cercle de l’Epargne, dans le dernier communiqué de presse du Cercle de l’Epargne consacré à ce sujet, reproduit ci-dessous.

Le Livret A est le produit d’épargne tendance de l’année. Malgré son faible taux de rendement, les ménages continuent à mettre de l’argent sur leur Livret A. Sur le seul mois de juillet, la collecte a été positive de 1,10 milliard d’euros portant le solde, sur les 7 premiers mois de l’année, à 10,58 milliards d’euros, soit dix fois plus que sur la même période de 2016 (collecte de 970 millions d’euros). Il s’agit du 8e mois consécutif de collecte positive. L’encours total du Livret A s’élevait à la fin du mois de juillet à plus de 270 milliards d’euros ce qui constitue un nouveau record. Avec le Livret de Développement Durable et Solidaire, la collecte atteint 1,36 milliard d’euros et l’encours 373,5 milliards d’euros.

Ce n’est pas le rendement qui peut expliquer cet engouement. En effet, avec un taux d’inflation à 0,7 % au mois de juillet, le Livret A a un rendement réel de 0,05 %. Le refus du Gouvernement d’appliquer la formule qui aurait dû conduire à un relèvement du taux à 1 % n’a pas eu d’effet sur le comportement des épargnants. Compte tenu des coûts de collecte et de gestion, le Livret A comme le LDDS sont des produits coûteux tant pour la Caisse des Dépôts et Consignation que pour les banques. Les taux sur les marchés monétaires restent négatifs et le taux de l’OAT à 10 ans était en fin de semaine dernière de 0,700 % soit un taux inférieur à celui du Livret A (0,75 %).

Les ménages français continuent à privilégier la liquidité et la sécurité. Cette appétence retrouvée pour le Livret A traduit la volonté des Français de conserver un fort volant d’épargne de précaution. Elle est également la conséquence de la baisse des rendements d’un certain nombre de placements (livrets d’épargne ordinaire rémunéré en moyenne à 0,3 %, les fonds euros d’assurance-vie). Il convient de souligner que les dépôts à vue des ménages atteignent également des niveaux record, près de 410 milliards d’euros à la fin du mois de juin.

Les annonces du Président de la République, Emmanuel Macron et du Premier Ministre, Edouard Philippe, au sujet d’une réforme de la fiscalité de l’épargne, incite les épargnants à l’attentisme. A défaut d’avoir une vision précise de la taxe forfaitaire de 30 %, les ménages optent pour le Livret A qui bénéficie d’un régime total d’exonération.

Le succès du Livret A ne se dément donc pas. La collecte devrait rester positive dans les prochains mois. Les ménages sont toujours réticents à placer une partie de leur épargne sur les produits dits risqués comme « actions » comme en témoignent les médiocres résultats du PEA et du PEA PME.

Philippe Crevel
Directeur du Cercle de l’Epargne

Au sujet des polémiques sur la fiscalité de l’épargne apparue cet été, il est intéressant de noter que le ministère des finances ait souhaité réagir à un article publié par Le Jourrnal Du Dimanche, concernant les perspectives d’évolution fiscales du Livret A.

Deontoti.com reproduit ici le communiqué officiel de Bercy du 9 juillet 2017 :

Le JDD évoque dans l’édition du jour, des réflexions sur la fiscalité du livret A. Outre qu’aucune question n’a été posée sur ce sujet lors de l’entretien du Ministre Gérald DARMANIN avec le JDD, il n’a jamais été question de remettre en cause le régime social et fiscal du livret A. Le projet de loi de finances pour 2018 n’inclura donc aucune mesure en ce sens.

Les réflexions évoquées sont conduites dans le cadre du Conseil des prélèvements obligatoires, une instance de réflexion libre et indépendante rattachée à la Cour des comptes. Ses travaux éclairent mais n’engagent pas le Gouvernement.

Pour mémoire, Deontofi.com publie ici les chiffres clé du Livret A :

Livret A : 43 millions de détenteurs, plafond 22 950€, encours 270 milliards d’euros (juillet 2017).

LDD : 25 millions de détenteurs, plafond 12 000€, encours 103 milliards d’euros (juillet 2017).

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *