L'intersyndicale des journalistes a milité pendant deux ans auprès des différents groupes parlementaires pour rappeler la majorité élue à ses engagements électoraux de 2012 pour améliorer la liberté de la presse et la protection des sources des journalistes. Photo : réunion avec la Commission des lois de l'Assemblée nationale le 4/11/2015, à gauche les députés Michel Pouzol et Marie-Anne Chapdelaine.

L’intersyndicale des journalistes a milité pendant deux ans auprès des différents groupes parlementaires pour rappeler la majorité élue à ses engagements électoraux de 2012 pour améliorer la liberté de la presse et la protection des sources des journalistes. Photo : réunion à la Commission des lois de l’Assemblée nationale le 4/11/2015.  A gauche, les députés Michel Pouzol et Marie-Anne Chapdelaine (PS) au centre de la table.

AssembleeNationaleSecretDesSourcesNoelMamere20150609

Réunion à l’assemblée nationale pour la protection du secret des sources des journalistes, le 9/6/2015. De gauche à droite : Gilles Pouzin (CFTC), Noël Mamère (député EELV), Jean-François Cullafroz et Hakima Bounemoura (CFDT).

Parmi les missions citoyennes de Deontofi.com, Gilles Pouzin défend activement la déontologie de l’information, la liberté de la presse et la protection du secret des sources, notamment en tant que représentant du syndicat des journalistes CFTC.

A ce titre, nous avons milité, depuis deux ans, pour appeler le président de la République à tenir les engagements électoraux du candidat François Hollande et de la majorité élue en 2012, concernant la liberté de la presse et la protection du secret des sources des journalistes.

Après de nombreuses démarches au sein de l’intersyndicale des journalistes, émaillées de rencontres de décideurs politiques de toutes tendances, à l’Assemblée nationale, mais aussi à l’Elysée avec Audrey Azoulay, conseillère média du président de la République devenue ministre de la culture, l’intersyndicale a enfin obtenu quelques concessions pour mieux garantir la protection du secret des sources des journalistes.

JTortatCGT-JFCullafrozCFDT-ChKertUMP-HBounemouraCFDT-GPouzinCFTC20150609

Réunion à l’assemblée nationale pour la protection des sources des journalistes le 9/6/2015. De gauche à droite : Jean Tortat CGT, Jean-François Cullafroz (CFDT), Christian Kert (député LR UMP), Hakima Bounemoura (CFDT) et Gilles Pouzin (CFTC).

Deontofi.com reproduit ci-dessous le communiqué commun des quatre syndicats de journalistes signataires.

(Mise à jour du 30/3/2016 : le SNJ n’ayant pas souhaité cosigner ce communiqué il semblait inapproprié de l’y associer, sans amoindrir son rôle et sa participation active à de nombreuses démarches intersyndicales communes pour améliorer la protection du secret des sources, comme rappelé dans ce précédent article.)

Protection des sources des journalistes : enfin une vraie avancée

Avec l’adoption, mardi soir, par l’Assemblée nationale des amendements sur la protection des sources des journalistes, dans le cadre de l’examen du projet de loi visant à renforcer la liberté, l’indépendance et le pluralisme des médias, une mobilisation de longue haleine trouve une issue favorable. Cela fait trois ans en effet que les syndicats de journalistes CFDT, CFTC, CGC et SNJ-CGT ont initié un travail d’information et de sensibilisation auprès des parlementaires de tous bords politiques pour que soient protégées les sources des journalistes. Cette protection des sources est une condition essentielle pour pouvoir mener des investigations et sortir des affaires au grand jour, sans trahir les témoignages des citoyens.

Nous nous réjouissons d’avoir obtenu plusieurs avancées importantes. L’extension de la protection des sources aux lanceurs d’alerte et aux collaborateurs des rédactions ; le retrait du délit de recel pour les professionnels de l’information et surtout, la limitation des conditions pour lever le secret des sources : intervention obligatoire d’un juge des libertés, limitation de cette possibilité aux crimes et délits passibles de 7 ans de prison minimum et disparition du motif d’«intérêts fondamentaux de la nation», une notion pernicieuse en particulier dans une situation d’état d’urgence.

En revanche, nous regrettons que le renforcement des mesures anti-concentration et l’indépendance juridique des équipes rédactionnelles ne figurent pas dans la proposition de loi.

Les syndicats de journalistes CFDT, CFTC, CGC, CGT resteront vigilants, bien évidemment, sur le parcours de la proposition de loi et, notamment, sur son prochain passage au Sénat.

Paris, le 11 mars 2016

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

2 commentaires

  1. Navarro, le

    Bonjour,

    Je pense que vous avez oublié, au passage, un syndicat de journalistes qui n’est pas rattaché à une centrale syndicale, un autonome et pourtant majoritaire dans la profession : le S.N.J. Pourtant ce syndicat fait partie de l’intersyndicale de journalistes qui a mouillé sa chemise pour rencontrer des parlementaires.
    La question que je me pose, en marge, est : est-ce une négligence ou un oubli volontaire ?
    Cordialement
    J Navarro
    Carte 47435

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Bonjour cher confrère, merci pour cette observation perspicace, mais je n’ai pas oublié le SNJ, qui a participé activement à un certain nombre de réunions dans cette démarche intersyndicale, comme on peut le voir sur la photo d’ouverture à droite où je suis assis à côté de Dominique Pradalié (SNJ France TV).
      Le SNJ, qui est rattaché à la fédération Solidaires, n’est pas oublié et son rôle actif est bien montré dans ce précédent article.
      Malheureusement, pour des raisons qui lui sont propres et que nous respectons, le SNJ n’a pas souhaité cosigner ce communiqué intersyndical et je ne me serais pas permis de l’y associer d’autorité.
      Merci en tout cas pour cette lecture attentive et à bientôt sur Deontofi.com

      Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *