Catégories de l'article : BourseGuide Actions

On ne change pas une équipe qui gagne ! Surtout une équipe de truands. Quand on étudie le parcours des escrocs au fil du temps, on découvre leur propension étonnante à récidiver, même quand ils se sont fait pincer une première fois, parfois même alors qu’ils sont déjà mis en examen. On a vu ce type de récidivistes dans l’affaire Dom Tom Défisc, avec le marchand de vent de Theolia, avec un escroc vendeur d’improbables placements immobiliers allemands reconverti dans la promotion d’un fumeux fonds d’infrastructure suisse, sans parler du roi de l’arnaque aux lettres et manuscrits d’Aristophil, qui s’était fait connaître dans une affaire d’escroquerie aux timbres.

On aurait presque oublié le fantôme de Gowex. Fait divers d’une si longue litanie d’arnaques boursières et comptables, le scandale Let’s Gowex avait éclaté il y a un peu plus de quatre ans, au début de l’été 2014, quand la société d’analyse financière et d’activisme actionnarial Gotham City Research avait publié une enquête démontrant que les comptes et la belle histoire de Gowex étaient falsiviés, et que la société valait zéro.

Cinq jours plus tard, dimanche 6 juillet 2014, le « château en Espagne » s’effondrait définitivement. Gowex annonçait sa prochaine mise en faillite, et son PDG Jenaro Garcia démissionnait en avouant avoir falsifié ses comptes depuis au moins quatre ans, écrivait Deontofi.com il y a quatre ans.

Or, le 19 octobre 2018, le courtier en ligne BourseDirect.fr alertait ses clients d’une nouvelle offensive du PDG de Gowex pour se relancer dans les affaires, en ciblant cette fois-ci les épargnants victimes de sa première arnaque mêlés à un nouveau public de badauds prêts à se faire plumer par une offre de crypto-jetons, qu’il promettrait d’être « potentiellement convertibles en futures actions d’une nouvelle société » au delà d’un certain seuil de cours, tout aussi bidon et artificiel que ses histoires à dormir debout.

Si on comprend bien, l’appât consisterait à « donner gratuitement », à toutes les victimes de sa première entourloupe « 1 jeton équivalant à 1 action de son escroquerie en faillite » (c’est-à-dire 1 jeton de son projet Gow2x qui ne vaut par définition rien, contre 1 action Letsgowex en faillite qui ne vaut rien non plus). Les modalités de cet échange, ou de l’attribution de ces droits, sont aussi fumeuses que ses finalités.

On  nous explique que les anciens actionnaires escroqués par Jénaro García Martín se retrouveraient ainsi avec 48% du capital de sa nouvelle aventure, dont les vrais actionnaires possèderaient 52%. On aurait donc un escroc repenti, prêt à donner 48% de sa nouvelle pompe à pigeons, aux victimes de sa précédente embrouille. Ben voyons ! Ce serait un moyen pratique de faire disparaître les plaintes de ses victimes, si elles se précipitaient, consentantes, pour lui rendre ses actions sans valeur contre de nouvelles promesses.

Gow2x, une crypto-filouterie ressuscite l’arnaque Gowex

Coup double, on comprend que Jénaro García Martín vendrait ensuite sa part (qui vaut aussi zéro) à de nouveaux pigeons. La promesse aux anciens pigeons de Gowex serait que leurs jetons seraient convertis en actions de la nouvelle embrouille Gow2x, « dès que le cours atteindra 7,95€ ».

Il suffirait donc que Jénaro García Martín organise une nouvelle bouilloire pour gonfler artificiellement le cours de Gow2x comme il avait dopé la valeur de Gowex à coups de mensonges plus gros les uns que les autres. Ah oui, pour ça il faudrait d’abord coter ou valoriser d’une façon ou d’une autre la fameuse filouterie Gow2x. Ensuite, la cabane s’écroulerait sur les pigeons comme la fois précédente, le cours artificiellement gonflé s’écrasant inéluctablement et lamentablement vers zéro.

Pour l’instant, le site Gow2x.com ressemble à une nouvelle filouterie fantôme, aussi improbable et impalpable que les fantasmes de Jénaro García Martín. Il est vrai que maintenant qu’on a un président des Etats-Unis fraudeur et menteur, comme le démontrent jour après jour les enquêtes sur la construction de son empire, les escrocs du monde entier se croient naturellement tout permis avec une absence de scrupule déconcertante à la hauteur de leur impunité.

Deontofi.com reproduit ci-dessous le message publié par le courtier Boursedirect.fr le 19/10/2018.

LETS GOWEX et GOW2X, Mise en garde

Nous vous mettons en garde contre les opérations actuelles portant sur les titres LETS GOWEX
et la nouvelle société Gow2x.

Jenaro Garcia Marin, fondateur et ancien président de LETS GOWEX, est accusé d’avoir falsifié les comptes
de cette société, causant des pertes pour de très nombreux investisseurs.

Le juge de la Cour nationale, Santiago Pedraz, a clôturé l’instruction et a rendu une ordonnance tendant
à transformer la procédure préliminaire en une procédure abrégée en «affaire Gowex»
contre le président du conseil d’administration et PDG de LETS GOWEX et Gowex Wireless, Jénaro García Martín
et contre quatre autres dirigeants pour participation présumée à des fraudes, à des crimes d’entreprise
sous la forme de falsification de comptes, à des crimes liés au marché financier et aux consommateurs …

Selon les informations disponibles, Jénaro García Martín a initié un nouveau projet, Gow2x,
basé sur la technologie blockchain, et permettrait à chaque ancien actionnaire de LETS GOWEX
de recevoir sans frais 1 token pour une ancienne action pour 48% du capital de Gow2x
(part des anciens actionnaires de LETS GOWEX). Les 52% restants (la part de Jenaro Garcia Martin,
ex PDG, qui a falsifié les comptes durant quatre ans) seraient vendus aux nouveaux actionnaires.
A terme, les token devraient être échangeables en actions Gow2x dès que le cours atteindra 7.95€.

Nous vous recommandons de faire preuve de la plus grande prudence
et d’une extrême vigilance concernant ces opérations, compte tenu des procédures juridiques
en cours et des accusations portant sur la personne de
Jénaro García Martín.

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.