Invité sur BFM TV dans l'émission Intégrale placements, Gilles Pouzin répondait à des questions de lecteurs et d'auditeurs fréquemment posées sur Deontofi.com.

Invité sur BFM TV dans l’émission Intégrale placements, Gilles Pouzin répondait à des questions de lecteurs et d’auditeurs fréquemment posées sur Deontofi.com.

Les dossiers complets de Deontofi.com sur ces thèmes :
– Fraudes sur cartes bancaires, comment se faire rembourser avec Deontofi.com
– Escrocs du trading forex et arnaques aux placements bidons : sommaire et forum Deontofi.com
– Faire une réclamation : un dossier d’assistance aux clients de services financiers sur Deontofi.com

Résumé des sujets traités sur BFM TV dans l’émission Intégrale placements du 1er décembre 2015, animée par Guillaume Sommerer et Cédric Decoeur. (retrouvez ici la vidéo de Deontofi.com sur BFM TV le 1/12/2015)

1/ Fraude sur carte bancaire, j’ai constaté sur mon relevé de compte un débit frauduleux que je n’ai pas effectué avec ma carte bancaire. Que faire ? Ma banque me demande de déposer une plainte à la police et de prouver que je n’ai pas effectué cette dépense.
– C’est un des sujets qui attire le plus de questions sur Deontofi.com car les clients sont effectivement souvent désemparés dans ces situations et les banques ajoutent à la confusion, sans doute un peu exprès pour gagner du temps, car elles sont réticentes à rembourser alors qu’elles en ont l’obligation, quand le client conteste un débit frauduleux alors qu’il était encore en possession de sa carte.
Dans ce cas, les articles L133-18 et L133-19 du Code monétaire et financier prévoient que la banque rembourse les débits frauduleux, et tous les frais qui auraient pu en découler, dès que le client en fait la réclamation. Il ne faut surtout pas entrer dans le jeu des banques qui demandent d’aller porter plainte, la police a autre chose à faire, et s’il y a quelqu’un contre qui porter plainte, à la limite c’est bien la banque.

Relisez notre dossier sur ce sujet avec le mode d’emploi pour effectuer une réclamation et la lettre-type de Deontofi.com pour demander à votre banque le remboursement de l’argent frauduleusement détourné de votre compte.

2/ J’ai été victime d’une fraude sur internet par un prestataire qui m’a arnaqué, ma carte a été débitée et je n’ai pas eu le service promis. J’ai fait une réclamation à ma banque qui me dit de porter plainte car j’ai accepté le paiement, que faire ?
– Là, c’est une situation différente des fraudes aux moyens de paiement, qui ne relève pas de la responsabilité de la banque contrairement à ce que l’on a vu dans le cas précédent. Il y a bien une fraude, ou une arnaque, mais qui relève d’un litige commercial et non pas d’une fraude aux moyens de paiement. La carte du client n’a pas été débitée à son insu, ou par un piratage. Cette cliente a accepté le paiement pour acheter une prestation qui n’a pas été honorée par le vendeur. La banque n’y peut rien. Dans ce cas là, il faut effectivement se retourner contre le site mis en cause. On peut porter plainte à la police s’il y a eu escroquerie, mais selon les cas on peut aussi adresser une réclamation à la direction de la répression des fraudes, la DGCCRF, ou encore tenter de résoudre le litige à l’amiable ou en justice.

3/ Vous avez aussi beaucoup de questions sur le trading Forex de clients mécontents, par exemple celui qui a donné ses coordonnées bancaires pour ouvrir un compte de démonstration virtuel et qui se fait débiter 600 euros qu’il n’arrive pas à récupère.
– Oui, c’est malheureusement typique et systématique de toutes ces publicités aguicheuses qu’on voit sur internet et qui font miroiter des gains rapides en spéculant sur le marché des changes ou sur les options binaires, qui sont des paris comme au casino. Ce sont des escrocs basés à l’étranger dont le seul objectif est d’obtenir les coordonnées de carte bancaire de leurs victimes en leur promettant n’importe quoi, pour les dépouiller ensuite en vidant leur compte autant qu’ils peuvent.
Là malheureusement on peut porter plainte autant qu’on veut, et une enquête est d’ailleurs en cours au parquet national financier, selon les témoignages que l’on a, mais il n’y a aucune chance de récupérer son argent envolé à Chypre, ou en Pologne et en Bulgarie ou Roumanie, parfois via un intermédiaire illicite à Londres.
Il faut couper les ponts, faire opposition et changer de carte bancaire, et surtout ne pas croire une seconde à toutes les propositions d’aides pour récupérer son argent car ce sont aussi des escroqueries de complices des escrocs du Forex qui tentent d’amadouer leurs proies pour les dépouiller une seconde fois.

4/ Mais il y a pourtant des intermédiaires sérieux et agréés sur ce marché ?
– Alors là il faut faire attention. D’abord parce que tous les intermédiaires agréés ne sont pas à proprement parler « sérieux ». Vous savez qu’avec le mécanisme de passeport européen, il suffit d’avoir un agrément dans n’importe quel pays pour qu’il soit valable en France sans que le gendarme boursier français n’ait aucun pouvoir d’intervention. Or, il y a malheureusement des courtiers malhonnêtes agréés par des autorités de pays peu regardants sur la protection des consommateurs, comme Chypre, qui sévissent en France et qu’il vaut mieux éviter, même s’ils sont agréés.
Ensuite, dès que les investisseurs se lancent dans des spéculations avec un effet de levier, c’est-à-dire où l’ont peut perdre plus que sa mise, hé bien ils perdent, qu’ils s’agisse de débutants, de boursicoteurs avertis ou de traders professionnels comme on le voit régulièrement dans les banques et les hedge-funds.
L’AMF a d’ailleurs réalisé une étude très pointue l’an dernier, en examinant les transactions sur le Forex et les options de milliers de clients sur plusieurs années, et 90% des clients perdent leur mise, voire souvent beaucoup plus très rapidement. Les 10% qui ne perdent pas tout de suite se font plumer plus lentement mais ne ressortent jamais de ce casino avec plus qu’ils n’y avaient apporté.

5/ Vous avez aussi des questions d’épargnants inquiets pour la sécurité de leur assurance vie en euros en cas de crise financière.
– Oui, et là en revanche il y a moins de raisons de s’inquiéter, car les compagnies d’assurance vie sont soumises à des contraintes de solvabilité beaucoup plus exigeantes que les banques. Une inquiétude souvent évoquée porte sur un risque de hausse brutale des taux d’intérêt qui déstabiliserait la régularité de l’assurance vie. Or, on sait que le problème de l’assurance vie depuis quelques années, c’est plutôt la baisse des taux qui pénalise les rendements.
S’il y a une inquiétude concernant l’assurance vie, c’est avec le projet en préparation à Bercy avec la complicité des assureurs qui permettra un détournement d’une partie des réserves de plus-values de l’assurance vie en euros, pour affaiblir encore leur rendement et augmenter artificiellement l’intérêt des nouveaux fonds euro-croissance.
Ce projet est en cours malgré l’opposition de plusieurs associations d’épargnants qui dénoncent une atteinte à l’intégrité des fonds en euros de l’assurance vie classique, comme la Faider, la fédération des associations indépendantes d’épargne retraite, ou Better Finance qui est la fédération des associations d’épargnants européens. Il est encore temps de s’opposer à ce projet et s’il est finalement adopté, il faudra être très vigilant dans le choix de ses assurances vie.

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

6 commentaires

  1. christine, le

    bonjour je viens de faire débite 86 euros sur mon compte le nom c aip klnsdetc que j’ai pas fais
    ma conseillère ma pas cru, donc j’ai fais quand même fais un opposition à ma carte.
    impossible de trouver d’ou sa viens je sais plus quoi faire.

    Répondre Signaler un abus
    • Gilles Pouzin, le

      Bonjour cher lecteur et merci pour votre témoignage.
      Il est impossible de faire un retrait d’argent dans un distributeur automatique sans taper le code confidentiel de la carte bancaire utilisée. Ce code ne figurant pas sur la carte et ne devant pas être écrit, mais conservé mentalement pour des raisons de sécurité.
      De nombreuses escroqueries consistent à dérober la carte bancaire d’un client avec son code, par exemple avec l’arnaque dite du « collet marseillais » (un bidouillage posé par les voleurs dans les distributeurs pour faire croire que votre carte a été « avalée » mais que les escrocs récupèrent en ayant observé votre code pour l’utiliser) ou encore avec des trios de pickpockets (où un voleur détourne l’attention du client tirant de l’argent au distributeur, tandis qu’un second dérobe l’argent, et un troisième entrave la poursuite).
      Dans ces cas de vol de votre carte et débits frauduleux avec utilisation de son code confidentiel, la responsabilité de la banque n’est pas mise en cause. La victime doit se tourner vers les filières traditionnelles de poursuite des voleurs (gendarmerie police) avec effectivement peu de chances de récupérer son argent.
      En espérant que cette réponse vous aura été utile, même si elle ne résout pas votre préjudice, afin de vous éviter de perdre du temps dans une piste de procédure sans issue concernant la responsabilité de la banque.
      Merci de votre fidélité et bonne lecture sur Deontofi.com

      Répondre Signaler un abus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *