A force de voir des publicités promettant tout et n'importe quoi, on pourrait croire que c'est permis ! Heureusement, un organisme veille à la déontologie publicitaire. Les conseils de Deontofi pour dénoncer les abus. (photo © GPouzin)

A force de voir des publicités promettant tout et n’importe quoi, on pourrait croire que c’est permis ! Heureusement, un organisme veille à la déontologie publicitaire. Deontofi.com incite ses lecteurs à dénoncer les pubs abusives. (photo © GPouzin)

Vendre du rêve c’est beau ! La clientèle potentielle est insatiable. Les slogans et propositions les plus fantaisistes séduisent des prospects, dès qu’il s’agit de flatter leurs rêves les plus fous, en promettant une opportunité commerciale ou financière improbable.

Bien sûr, quand c’est trop beau pour être vrai, ce n’est généralement pas vrai. En théorie, les gens raisonnables, prudents et expérimentés devraient le savoir. Mais beaucoup de consommateurs ou d’investisseurs se font pourtant avoir. Parfois par manque de connaissances, d’autres fois par manque de vigilance, ou encore par la vraisemblance donnée à de fausses promesses grâce à un habillage de légalité et de garanties trompeuses.

En théorie, les publicités mensongères et pratiques commerciales trompeuses sont interdites, autant par le bon sens et la morale que par les réglementations et législations protégeant les consommateurs ou épargnants. En pratique, qui n’a jamais été agacé par des publicités trompeuses ? On ne parle pas de l’humour et du second degré, respiration bienvenue dans la publicité. Les tribunaux ont d’ailleurs jugé à plusieurs reprises qu’une publicité n’était pas trompeuses, même avec des promesses les plus farfelues, dès lors que le public ne pouvait être trompé par leur second degré et leur nature humoristique.

Mais que dire de publicités sérieuses, ou du moins sans aucun recul permettant à leurs cibles de comprendre qu’il s’agit de fausses promesses ? Ou de publicités pernicieuses entretenant la confusion subliminale des consommateurs ?

Face à ce type de publicité, chaque consommateur peut agir à différents niveaux, d’abord en dénonçant officiellement la publicité mise en cause auprès du Jury de déontologie publicitaire (JDP-pub.org). C’est une démarche utile, qui aboutit parfois à la publication d’avis de ce jury tenant compte des observations du public, comme nous en avons eu l’agréable surprise après avoir dénoncé la publicité pour la franchise de beignets Bagelstein, dans le sillage d’associations bienveillantes, qui estimaient à juste titre que « sous couvert d’humour douteux », l’annonceur « entretient la culture du viol et minimise le caractère extrêmement grave et massif des violences faites aux femmes en France ».

La campagne de Bagelstein vantant ses « trous chauds » a donc été finalement officiellement condamnée par le jury de déontologie de la publicité, dans un avis publié ici : Avis du Jury de déontologie publicitaire contre Baglestein.

C’est peu de chose, face à la déferlante de tromperie commerciale et publicitaire qui inonde chaque jour le quotidien des consommateurs. La supercherie publicitaire reste largement impunie, aucune sanction n’accompagnant les avis du JdP. Mais c’est déjà un acte citoyen qui concourt à équilibrer l’information du public sur ces pratiques.

La dénonciation des publicités trompeuses est aussi salutaire dans le domaine financier. Dans cet esprit, Deontofi.com encourage ses lecteurs à dénoncer les publicités trompeuses ou mensongères, comme certains ont eu l’occasion de le faire avec succès pour dénoncer les tromperies publicitaires pour le trading Forex, sanctionnées par au moins trois avis du JdP contre la promotion outrancière des sites de trading Avatrade, Markets ou encore Any Option, indépendamment de leur légalité ou non en tant qu’intermédiaire financier plus ou moins bien agréé (en l’occurrence ces plaintes provenaient de l’intermédiaire en trading IG Markets).

Si vous souhaitez dénoncer une publicité trompeuse, voici l’adresse pour formuler votre réclamation auprès du Jury de déontologie publicitaire : http://www.jdp-pub.org/deposer-une-plainte-relative-au-contenu-dune-publicite/

Le JdP vous rappelle les règles de recevabilité de votre réclamation :

Vous souhaitez réagir à une publicité que vous avez vue ou entendue.

Avant d’envoyer votre plainte, merci de vérifier qu’elle satisfait bien aux conditions suivantes, sans quoi elle ne pourra pas être traitée par le Jury

  • une plainte doit porter sur le contenu d’une publicité (par ex. le Jury n’est pas habilité à se prononcer sur les litiges de nature contractuelle, ni sur le bon fonctionnement ou la composition d’un produit) ;
  • une plainte doit porter sur une publicité effectivement diffusée en France au cours des 2 derniers mois ;
  • la publicité doit être, si possible, jointe à la plainte ou précisément décrite pour être identifiable (le Jury ne pourra pas se prononcer sur la base d’une plainte trop générale sans identification de la publicité). Les remarques sur la publicité en général sont à adresser à l’ARPP ;
  • une plainte ne peut être examinée si elle est anonyme, elle doit être impérativement accompagnée du nom complet (et pas d’un pseudo) et des coordonnées du plaignant ;
  • une plainte ne peut être examinée que si elle est écrite.

Votre plainte a été envoyée au JDP.
Merci de votre envoi, nous allons traiter votre demande.

Concernant l’organisation du Jury de déontologie publicitaire, sa gouvernance est rassurante, comme on peut le vérifier à la rubrique « qui sommes-nous » de son site Internet :

Le JdP est constitué de 9 membres nommés pour 3 ans,  par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP) :

Il est d’ailleurs intéressant de se pencher sur l’articulation entre ces trois entités :

L’ARPP est l’organisme de régulation professionnelle de la publicité. Il allie création des règles d’éthique, leur application et le contrôle de l’application. On comprend aussi sur son site que l’ARPP conseille aussi ses adhérents annonceurs en terme de bonnes pratiques publicitaires, un peu comme Deontofi.com conseille les souscripteurs de son abonnement Déontofi Pro en matière de bonnes pratiques financières, exercice demandant une certaine rigueur vis-à-vis des potentiels conflits d’intérêt susceptibles de menacer l’indépendance revendiquée de l’institution.

Mission de l’ARPP

Œuvrer en faveur d’une publicité loyale, véridique, saine et respectueuse.
En examinant le contenu de messages publicitaires, quel qu’en soit le moyen de diffusion, tout en conciliant la liberté d’expression des professionnels et le respect des consommateurs.

Instances associées

En  2008, le dispositif de régulation professionnelle s’est enrichi de 3 instances associées :

En pratique, on trouve parmi les actualités du site du CPP un intéressant inventaire de bonnes pratiques publicitaires à respecter, dont les détails sont consultables sur le site de l’ARPP.

Parmi ces avis, notons les recommandations de présentation des publicités mettant en avant des prix.

L’ARPP publie aussi de très utiles recommandations de présentation des publicités liées à l’épargne et aux services financiers, qui reprennent notamment les recommandations de l’Autorité des marchés financiers (AMF) en la matière., ou encore celles du Comité consultatif du secteur financier (CCSF) repris dans une recommandation du gendarme des banques et des assurances, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR).

Sur le fond, en parcourant les avis rendus par le JdP, ce dernier semble moins sollicité pour condamner des abus publicitaires portant atteinte à l’image et l’intégrité des personnes, en particulier les femmes, que pour dénoncer des tromperies publicitaires sur les prix et les services. Comme en politique, il semble que les grandes questions de société mobilisent toujours plus de citoyens que d’autres détails techniques sur lesquels on les trompe.

Précision utile : Deontofi.com n’est pas opposé au développement de la publicité, qui peut constituer un mode d’information utile des consommateurs, même avec une vocation commerciale. Comme la plupart des organes de presse, Deontofi.com propose aussi des espaces publicitaires sur son site aux annonceurs qui souhaiteraient s’adresser à nos lecteurs, mais à la condition impérative qu’il ne s’agisse pas de publicités malhonnêtes (contrairement à d’autres médias, y compris à grande audience, acceptant par exemple les publicités pour le trading Forex jusqu’à leur interdiction).

Share Button
Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *