Catégories de l'article : DéontologieRéglementationRelations clients
Mots-clés de l'article : Défiscalisation, philanthropie individuelle

Faire des dons pour des causes utiles est le moyen le plus efficace pour réduire vos impôts. C’est en tous cas celui privilégié par les fondateurs de Deontofi.com pour leur propre gestion de patrimoine.

Rien ne vaut la philanthropie pour profiter d'une rentabilité extra-financière. (photo © GPouzin)

Rien ne vaut la philanthropie pour profiter d’une rentabilité extra-financière. (photo © GPouzin)

Article promis, article dû ! Deontofi.com rompt la trêve qu’il s’était imposé car il y a urgence pour réduire vos impôts : il ne reste plus que quelques jours, voire quelques heures.

Pas question bien sûr de vous inciter à engloutir vos économies dans des investissements hasardeux, souvent porteurs de déceptions, qui vous coûteraient plus en commissions qu’ils ne réduiraient réellement vos impôts.

Nous en sommes convaincus : donner est le meilleur moyen de réduire vos impôts, sans risque de déception. «Ah oui, mais cela prend du temps et cela coûte quand même de l’argent», observait avec pertinence un adepte du moindre effort. Il est vrai que donner ne procure aucun gain financier, cela coûte même un peu plus que ce que cela rapporte en avantages fiscaux. Et alors ? Où est le bénéfice ?

Pour les citoyens qui aiment se plaindre du ras-le-bol fiscal et de la gabegie des dépenses publiques, faire des dons est une façon d’intervenir activement dans les choix budgétaires de l’Etat. L’équation est la suivante : en acceptant de dépenser 100 euros de votre poche (exemple à multiplier par votre générosité) vous avez un effet de levier de 200 euros sur les dépenses publiques (qui vous sont alloués sous forme de réduction d’impôt), et de 300 euros pour la cause que vous soutenez (les 100 euros de votre poche plus les 200 de réduction d’impôt alloués par l’Etat en soutien à votre don).

Explication : vous donnez 300, mais votre don ne vous coûte réellement que 100 euros car vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 66% de votre don, soit 200 euros.

Dans le cas des organismes caritatifs d’aide directe aux personnes en difficulté, l’effet de levier est même supérieur. En vous délestant de 100 euros à leur profit, vous avez la main sur 300 euros de dépenses fiscales (qui vous sont alloués sous forme de réduction d’impôt), et de 400 euros pour la cause que vous financez.

Explication : vous donnez 400 euros, mais votre don ne vous coûte réellement que 100 euros car vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 75% de votre don, soit 300 euros.

Deontofi.com republie une enquête de Gilles Pouzin sur la défiscalisation philanthropique, dont la plupart des informations restent d’actualité. Le plafond des dons donnant droit à 75% de réduction d’impôt, qui aurait dû être actualisé à 526 euros pour les dons effectués en 2013 (contre 521 en 2012), est finalement resté gelé à 521 euros dans la déclaration de revenus pré-remplie reçue par les contribuables au printemps 2014.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *