Catégories de l'article : DéontologieRelations clientsPlacementsDivers
Mots-clés de l'article : Forex devises, trading sur devises

A force de voir des publicités promettant tout et n’importe quoi, on pourrait croire que c’est permis ! (photo © GPouzin)

On en voit partout. Les publicités pour pour vous enrichir se répandent comme une infection sur les sites internet les plus variés (sauf sur Deontofi.com qui a toujours refusé toute publicité ou proposition de partenariat pour des placements douteux).

 

L’Autorité des marchés financiers poursuit sa mobilisation contre les dangers du trading spéculatif pour les particuliers.

L'arnaque au trading rapporte gros, et les escrocs ont des budgets publicitaires illimités. Selon le gendarme boursier, plus de 40% des publicités sur Internet pour des placements financiers faisaient la promotion d'arnaques au trading en 2014 !

Deontofi.com reproduit ci-dessous le communiqué du gendarme boursier à ce sujet.

 
Paris, le 8 avril 2015
COMMUNIQUE DE PRESSEL’Autorité des marchés financiers poursuit sa mobilisation contre les dangers du trading spéculatif pour les particuliers

Dans la continuité de sa lutte contre le trading spéculatif visant les particuliers, l’AMF révèle les conclusions d’une campagne de visites mystère menée sur les sites de Forex et d’options binaires. Le régulateur s’implique également pour limiter l’exposition du grand public aux multiples sollicitations publicitaires.
Les visites mystère sur des sites de trading spéculatif 
L’AMF a conduit en décembre 2014 une campagne pour évaluer concrètement les pratiques commerciales des sites de trading en ligne. Ces sites ciblent, à travers de nombreuses publicités, le grand public et incitent l’épargnant particulier à prendre des positions spéculatives sur le marché des changes ou à investir dans des options binaires.
Les modalités de ces visites étaient les suivantes :

  • 29 sites sélectionnés, parmi les plus visibles pour les internautes français, proposant de trader sur le Forex et/ou via des options binaires.
  • Des procédures par virement exclusivement et interdiction pour le visiteur mystère de donner ses codes de carte bleue (ce que certains sites ont refusé). Un « obstacle » qui n’a pas empêché l’ouverture de 9 comptes sur les 29 sites ciblés : 8 comptes sur des sites agréés par le régulateur chypriote, 1 sur un site ne disposant d’aucune autorisation.
  • Démarrage d’une activité de trading.
  • Tentative de retrait des fonds.

Le test a permis d’évaluer par conséquent les différentes phases de la relation entre l’internaute et lesdits sites : l’information préalable demandée au client, notamment sur son identité, la présentation des risques encourus, la création de compte, la  » formation  » au trading et les opérations, ainsi que le retrait des fonds déposés pour le test.
Les constats de cette campagne sont éloquents, tant en termes de non-respect de la règlementation de la part des prestataires qu’en termes d’incitations à investir, voire de pression exercée sur un client qui reste sous-informé en matière de risques :

  • Dans 5 cas sur 9, aucun justificatif d’identité n’a été demandé. Pour 3 d’entre eux, il a même été possible de trader pendant 10 jours sans que l’identité du client n’ait été vérifiée.
  • Très peu de questions sont posées par le site en phase de découverte du profil client. En outre, alors que le visiteur mystère s’est toujours présenté comme un néophyte sans aucune connaissance ni expérience, aucune action dissuasive n’a été mise en œuvre.
  • Les  » formations  » proposées au client sont souvent des leurres, où la complexité des instruments financiers proposés est masquée. Parmi les phrases entendues lors de ces  » formations  » :  » C’est très facile à comprendre et à manier « .  » Un taux de réussite de 100% n’existe pas, mais vous pouvez partir sur 3 trades gagnants sur 5 « .
  • Le discours commercial pour inciter à trader est en revanche redoutable, assorti de promesses de bonus et autres privilèges. Plus généralement en phase active de trade, les garde-fous sont rares, voire inexistants : pas de confirmation d’ordre sur certaines plateformes, et des indicateurs difficiles à comprendre (par exemple, les gains affichés peuvent inclure les montants investis). Les relances des commerciaux et autres  » coaches  » sont parfois insistantes :  » Pour ne pas perdre votre temps et mon temps, investissez vite « ,  » Si vous avez la possibilité d’augmenter le capital dans la journée, ce serait bien « .
  • Enfin, les obstacles à la récupération des sommes non perdues sont nombreux : d’une part la marche à suivre indiquée sur les sites est souvent floue, et d’autre part, le retrait des fonds est conditionné à des critères minimaux (un montant de transactions à atteindre ou une durée d’activité par exemple). En outre, de nombreux sites déconseillent le retrait des fonds et incitent à une nouvelle mise ou à communiquer les numéros de carte bancaire.

Plusieurs semaines après ses demandes, le visiteur mystère n’a obtenu la récupération de ses fonds qu’auprès de 2 sites sur 9 uniquement.

L’AMF s’engage pour limiter les publicités sur le trading spéculatif

Ces visites mystère confirment les pratiques répréhensibles et les approches commerciales peu scrupuleuses des sites en question. L’exposition et le mode de recrutement du grand public à ce type d’offre est essentiellement due à la pression publicitaire, ces offres étant largement diffusées sur des sites internet de très grande audience.

Au-delà de ses missions de pédagogie et d’information, l’Autorité des marchés financiers saisit les moyens qui sont les siens pour limiter concrètement ce phénomène.

  • L’AMF, qui a obtenu du juge du Tribunal de Grande Instance de Paris le blocage de plusieurs sites opérant sans agrément, va poursuivre ses demandes ;
  • Afin d’aller plus loin dans la protection des épargnants, l’AMF propose qu’une disposition législative donne au régulateur la capacité juridique d’interdire la publicité sur les produits extrêmement risqués.

A travers ses diverses initiatives, l’AMF rappelle que les trading sur le Forex et les options binaires sont à fuir lorsque l’on est un investisseur particulier.

A propos de l’AMF
Autorité publique indépendante, l’AMF est chargée de veiller à la protection de l’épargne investie en produits financiers, à l’information des investisseurs et au bon fonctionnement des marchés. Visitez notre site www.amf-france.org

 

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *